Sergey Kovalev v Eleider Alvarez

Crédit : AFP

Boxe

«Alvarez mettra encore Kovalev K.-O.» -Jean Pascal

Publié | Mis à jour

Samedi, à Frisco, au Texas, Eleider Alvarez tentera de vaincre Sergey Kovalev dans un deuxième combat consécutif.

Alvarez défendra du même coup son titre des mi-lourds de la World Boxing Organization (WBO) pour la toute première fois.

S’il y en a un qui connaît les deux pugilistes, c’est bien Jean Pascal.

Le Québécois s’est frotté à Alvarez et Kovalev... Et il a, vous le devinerez, une opinion bien arrêtée sur le combat à venir.

Une copie du premier combat?

Jean Pascal ne passe pas par quatre chemins. Selon lui, Alvarez neutralisera encore une fois Kovalev par K.-O.

«Kovalev a eu une préparation similaire à celle qu’il avait eue avant son premier combat. Alvarez a de son côté connu un gros camp d’entraînement. Avant le premier combat, j’avais prédit une victoire d’Eleider au 7e. Cette fois-ci, il va gagner par mise hors de combat vers le 9e ou le 10e round.»

Eleider Alvarez retrouvera Sergey Kovalev
Crédit photo : AFP

Malgré la défaite de Kovalev lors du premier duel, une telle prédiction a tout de même de quoi épater lorsqu’on connaît le parcours du Russe.

Le «Krusher» n’a perdu que trois de ses 36 combats. Celui contre Alvarez et les deux autres contre Andre Ward... qui est loin d’être un pied de céleri!

Mais Pascal croit que Kovalev est sur la pente descendante. 

«La force de frappe de Sergey diminue. Il n’est plus le boxeur qu’il était. Il a beaucoup de difficulté à gérer un adversaire qui possède un bon jab. Malheureusement pour lui, c’est l’une des grandes forces d’Alvarez.»

«Eleider est difficile à affronter, il est grand, a une longue portée et gère bien sa distance.»

Lorsqu’on lui demande si le fait de voir Kovalev tomber lors du premier combat l’a surpris ne serait-ce qu’un tout petit peu, l’ancien champion du monde répond par la négative.

«Kovalev a un menton fragile. Peu de gens le savent, mais Kovalev tombe souvent à l’entraînement. Il n’aime pas se faire frapper.»

Des défaites qui s’expliquent

Difficile de parler de Sergey Kovalev à Jean Pascal sans aborder avec lui les deux duels qu’il a livrés au Russe. Pourquoi les a-t-il perdus, selon lui? 

«Il y a des styles de boxeurs que l'on a plus de facilité à affronter et d’autres moins. Comme je vous le disais, Kovalev n’aime pas boxer contre un combattant qui possède un bon «jab». Je n’ai pas la grandeur, ni le jab d’Alvarez. J’ai toutefois la vitesse et la force pour en surprendre plusieurs...»

Jean Pascal contre Sergey Kovalev
Crédit photo : AFP

Reverra-t-on Jean Pascal?

Jean Pascal a profité des dernières semaines pour voyager, passer du temps avec sa fille et décompresser.

Il a récemment repris l’entraînement en gymnase, mais, dit-il, ce n’est que pour garder la forme.

Fait-il une croix sur un potentiel retour dans le ring?

«Non. Je vais réfléchir à tout ça dans les prochaines semaines. C’est sûr que la boxe me manque. J’ai fait ça toute ma vie. Mais prendre du temps pour ma famille a été bénéfique et ça m’a fait du bien.»