AUTO-PRIX-MEX-F1-QUALIFYING

Crédit : AFP

F1

«Stroll est arrivé trop vite en F1» - Paddy Lowe

Publié | Mis à jour

Lance Stroll est arrivé trop vite en Formule 1. C’est du moins l’avis Paddy Lowe, directeur technique de Williams, l’écurie qui a donné sa première chance au Québécois.

Le Montréalais a disputé son premier Grand Prix en Australie en 2017, à l’âge de 18 ans, 4 mois et 26 jours. Dans toute l’histoire de la F1, seul Max Verstappen a commencé plus jeune. Stroll a ainsi fait une croix sur quelques années d’apprentissage en GP3 ou en GP2, passant directement de la F3 européenne à la F1.

«Au terme de la deuxième année de Lance en F1, avec le recul, je pense qu'il est arrivé en F1 trop tôt, a dit Lowe, selon le magazine "Racer". Il y a un certain nombre de raisons à ça, mais je pense que ça aurait été préférable pour lui d'arriver un an plus tard, quand il était mieux préparé.»

Après quelques courses pénibles en lever de rideau en 2017, abandonnant lors des trois premières épreuves, Stroll a récolté ses deux premiers points au Canada avec une neuvième place. Il a ensuite réussi quelques coups d’éclat: une troisième place à Bakou, puis un départ de la première ligne en Italie.

À sa deuxième campagne, Stroll n’a pas été en mesure de se faire valoir, puisque Williams a possiblement mis en piste la monoplace la plus lente du plateau. Malgré tout, les coéquipiers de Stroll ont vu une amélioration dans son rendement.

«[Sa première saison] a été très, très difficile, mais nous l’avons vu faire un vrai pas en avant pendant l’hiver [avant sa deuxième saison]. Il a été beaucoup plus fort [en 2018], particulièrement en qualifications, qui étaient difficiles pour lui précédemment.»

«Il a complètement changé son approche en qualifications cette année, et cela a joué en sa faveur. Il a également gagné en confiance en tant que pilote, et par conséquent obtenu de meilleurs résultats.»

À sa troisième saison, Stroll devrait pouvoir profiter d’une meilleure voiture qu’en 2018. Il pilotera pour Racing Point, anciennement nommé Force India, qui son père Lawrence Stroll et ses partenaires d’affaires ont sauvé de la faillite, l’été dernier.