Les Partants

Deux Canadiennes en pleine progression

Publié | Mis à jour

Deux joueuses canadiennes ont fait parler d'elles lors des derniers jours dans le monde du tennis.

À 18 ans, Bianca Andreescu a remporté le premier titre de sa carrière sur le circuit de la WTA, à Newport Beach, en Californie. Ce résultat lui a d'ailleurs permis de grimper au 68e rang mondial, ce qui fait d'elle la Canadienne la mieux classée au monde, devant Eugenie Bouchard (76e).

Puis, à 16 ans, Leylah Annie Fernandez s'est inclinée en finale junior des Internationaux d'Australie, à Melbourne.

Pour revenir à Andreescu, elle a dû battre Bouchard dans son chemin vers la finale.

«J'étais complètement déchiré. Je passe plus de temps avec Bianca depuis un an, mais je suis proche d'Eugenie aussi. Je me suis tenu loin du terrain», a avoué son entraîneur Sylvain Bruneau, lundi matin, lors de l'émission Les Partants.

«Ce sont toujours des matchs difficiles entre Canadiennes. Bianca était excitée de jouer contre Eugenie, mais ce n'était pas le meilleur match. Eugenie ne semblait pas au sommet de sa forme, on le voyait dans ses déplacements. Cela dit, elles vont se revoir dans les prochaines années et nous aurons droit à de meilleurs matchs.»

En finale, Andreescu a perdu la première manche 6-0, mais a fait preuve de caractère face à l'Américaine Jessica Pegula pour finalement l'emporter.

«À 18 ans, s'accrocher de la sorte après une première manche comme celle-là, c'est un très beau résultat», a dit Bruneau.

Une finale pour Fernandez

Même si elle n'a que 16 ans, Fernandez est dominante chez les juniors et elle l'a encore démontré en Australie en se rendant jusqu'en finale avant de s'incliner devant la no 1 mondiale junior, la Danoise Clara Tauson.

«C'est un grand résultat pour elle, a déclaré Bruneau. C'est une lionne sur le terrain, elle a un très beau et elle a été dominante en Australie.

«Comme elle a seulement 16 ans, elle pourra encore participer aux tournois majeurs junior l'an prochain. Il faudra la surveiller de très près.»

Voyez l'entrevue de Sylvain Bruneau dans la vidéo ci-dessus.