LHJMQ

Rock est devenu une étoile

Rock est devenu une étoile

Mikaël Lalancette

Publié 27 janvier
Mis à jour 27 janvier

Les Foreurs de Val-d’Or vont affronter les Remparts de Québec sans un de leurs joueurs réguliers ce dimanche après-midi. Deux heures avant le début du match, l’entraîneur-chef de l’équipe, Pascal Rhéaume, va rayer le nom de l’attaquant Yan Dion sur sa feuille d’alignement.

N'ayez crainte, Yan Dion n’est pas suspendu, il n’est pas blessé. Il est en pleine santé. Un vétéran de 20 ans qui termine son stage junior comme lui ne veut rater aucun match.

Mais il était hors de question qu’il joue celui-ci. Un natif de Val-d’Or, Dion était prêt à rater les trois matchs du week-end de l'équipe s’il le fallait.

L’attaquant des Foreurs tenait à être en Abitibi dimanche et lundi. Comme des centaines de personnes, il rendra hommage à Rock Henley, qui nous a quittés cette semaine. Il tenait à être là pour ses amis Cédrick, Samuel et David Henley.

Plusieurs de ses coéquipiers des Foreurs vont l’accompagner lors des funérailles lundi à Val-d’Or.

La famille Henley n’a plus besoin de présentation en Abitibi. Les trois fils de Rock ont porté les couleurs des Foreurs. Les trois ont été capitaines de l’équipe. Les partisans de hockey junior d'un peu partout au Québec les connaissent très bien.

Cédrick, Samuel et David Henley. Une famille de hockey tissée serrée qui a beaucoup donné à l’équipe de leur ville et à l’Abitibi au grand complet.

En plus d’être des sportifs accomplis, on se souviendra d’eux pour l’impact positif qu’ils ont eu dans la communauté. Leurs parents, Manon Lévesque et Rock Henley, peuvent en être fiers. Il y a beaucoup d’eux là-dedans.

Rock Henley a mené une rude bataille contre le cancer. Des années à lutter contre la maladie, qui lui a finalement arraché à la vie à 55 ans. Un départ précipité que ses proches ont vu venir dans une des courbes de la route sinueuse qu'est la vie.

En plus d’un père de famille épanoui, Val-d’Or a perdu un grand rassembleur. Ça ne pouvait pas être personne d'autre que lui qui réunissait les parents des joueurs après les matchs de hockey mineur sur la route.

Grand passionné de baseball et de hockey, Rock Henley était un homme souriant, toujours capable de pousser une blague pour détendre l’atmosphère.

Même dans les moments les plus difficiles de son existence.

Une fin injuste pour un homme qui s’est battu avec force jusqu’au dernier souffle. Appuyé par sa femme et ses enfants, qui ont été là pour lui.

Cette belle famille a vécu de grandes émotions.

En 2013, Cédrick Henley a marqué le plus gros but de sa carrière dans un des plus longs matchs de l'histoire des séries de la LHJMQ. Son but en troisième période de prolongation éliminait le Rocket de l'Île-du-Prince-Édouard, pourtant l'équipe favorite pour l'emporter.

En 2014, Samuel soulevait la coupe du Président avec les Foreurs, dans un septième et décisif match disputé à Baie-Comeau. Un troisième triomphe éliminatoire pour Val-d'Or.

En 2015, David a fait une démonstration d’amour incroyable quand il a demandé une transaction pour rentrer à la maison. Le benjamin de la famille voulait être à Val-d'Or pour épauler sa mère.

Défenseur des Islanders de Charlottetown, David Henley avait été un choix de premier tour des Foreurs deux ans auparavant.

Les Islanders et les Foreurs ont procédé à une transaction visant à le ramener à la maison. L'échange dépassait le sport.

«C'était une question de valeurs», me raconte le président et copropriétaire des Foreurs, Dany Marchand. Considérant tout ce que la famille avait fait pour l'organisation, c'était une évidence qu'il fallait le ramener. Il y avait un facteur humain derrière la transaction.»

Quand David Henley a été nommé capitaine de l'équipe deux ans plus tard, maman Manon a fondu en larmes. Papa Rock a serré le plus jeune de ses gars dans ses bras.

En 2016, Samuel a fait un cadeau à toute la famille en marquant un but à son premier match dans la Ligue nationale de hockey, le seul, qu'il a joué dans la LNH. Un match que Rock a suivi à distance en raison de la maladie qui l'affligeait de plus en plus férocement.

Rock aura fait honneur à son prénom. Solide comme le roc. Jusqu'à la toute fin.

Quand on demande à des proches qui l'ont bien connu de nous parler de lui, ils choisissent les mêmes mots : travaillant, fier de sa famille, souriant, rassembleur, fort.

Des belles qualités que ses trois fils vont continuer de perpétuer.

L’organisation des Foreurs tiendra une minute de silence avant un match pour lui rendre hommage cette semaine.

L’équipe jouera sans un joueur régulier dimanche après-midi.

Mais il y a une étoile de plus qui brille dans le ciel.

Elle brille vert et or.