Crédit : AFP

Tennis

Novak Djokovic surclasse Rafael Nadal à Melbourne

Publié | Mis à jour

Londres, New York et maintenant Melbourne. La résurgence de Novak Djokovic, sur une table d'opération il y a un an, n'en finit plus: le no.1 mondial s'est offert un septième sacre record aux Internationaux d'Australie, un quinzième en Grand Chelem, en surclassant Rafael Nadal dimanche.

L'Espagnol n'a tenu qu'à peine plus de deux heures - 2h04 min exactement, moins de temps que la finale dames la veille (2h27 min) - sur la Rod Laver Arena, concassé par l'infernale machine serbe 6-3, 6-2, 6-3. Jamais auparavant il n'avait sombré en trois sets en finale de Grand Chelem.

«Je revois le chemin parcouru ces douze derniers mois... Il y a un an exactement, j'étais opéré (du coude droit). Être debout devant vous aujourd'hui, et avoir réussi à gagner ce titre, trois titres du Grand Chelem de plus, c'est extraordinaire, a retracé "Djoko". Je suis sans voix.»

Un rapide retour en arrière permet de mesurer combien le redressement est colossal.

Il y a un an, Djokovic (31 ans) était sur le point de se faire opérer du coude droit dans la foulée de son élimination en huitièmes de finale des Internationaux d'Australie (par Chung) et avait le moral dans les chaussettes, entre crise de confiance et de motivation larvée. Fin juin, après avoir quitté Roland-Garros moribond, il était même éjecté du top 20, pour la première fois depuis près de douze ans.

Djokovic double Sampras

Il était pourtant sur le point de recouvrer ses esprits et sa plénitude physique, lui qui avait renoué au printemps avec l'entraîneur de tous ses succès, le Slovaque Marian Vajda, après un an de séparation: depuis l'été dernier, il s'est montré irrésistible dans les grandes occasions, triomphant successivement à Londres, New York, puis Melbourne.

Resté bloqué deux ans, entre 2016 et 2018, son compteur de titres en Grand Chelem s'emballe depuis six mois. Avec une quinzième couronne, Djokovic dépasse l'Américain Pete Sampras (14) et s'installe seul au troisième rang des joueurs les plus titrés en Grand Chelem. Nadal, lui, en reste à dix-sept trophées majeurs, à trois unités du record détenu par Roger Federer.

Le Serbe devient aussi le premier à répéter trois fois une série d'au moins trois sacres d'affilée en tournois majeurs (déjà 3 de suite entre 2011 et 2012 et 4 de suite entre 2015 et 2016).

Sur la Rod Laver Arena dimanche, même Nadal n'a pu que surnager. Brisé d'entrée, l'Espagnol de 32 ans n'avait marqué qu'un seul point après trois jeux. Jamais il n'est parvenu à installer un combat avec Djokovic. Etouffé par la régularité sans faille de son adversaire - seulement neuf fautes directes ! -, coupable aussi, face au mur serbe, de fautes beaucoup plus nombreuses qu'à l'accoutumée, en particulier sur son arme no.1, le coup droit.

Illustration de la domination sans partage du no.1 mondial: Nadal a dû patienter 1h45 min pour obtenir, en vain, son unique balle de bbris eak du match !

«C'est un des meilleurs matchs, si ce n'est le meilleur, que j'ai joués en finale de Grand Chelem», a estimé «Djoko».

Nadal positif

Nadal avait pourtant impressionné tout au long de la quinzaine australienne, porté par un service remodelé. Pour la première fois à Melbourne, il avait même rallié la finale sans laisser échapper le moindre set.

Malgré la sévérité de la défaite, le Majorquin, qui faisait aux Internationaux d'Australie son retour en compétition officielle après quatre mois hors circuit, la faute à une panoplie d'ennuis physiques, a préféré positiver.

«J'ai traversé des moments difficiles l'année dernière, j'ai dû abandonner ici (en quarts de finale contre Cilic), je n'ai plus joué un match après les Internationaux des États-Unis (abandon en demi-finale)... Même si ce n'était pas mon soir, c'est très important pour moi d'en être où j'en suis alors que je reviens de blessures», a souligné «Rafa».

Djokovic continue décidément de lui résister sur dur: il ne l'a plus battu sur cette surface depuis plus de cinq ans (Flushing Meadows 2013).

Et Melbourne s'entête dans le rôle du tournoi du Grand Chelem qui réussit le moins à Nadal. C'est le seul qu'il n'a apprivoisé qu'une fois, il y a dix ans.