Ski et planche

Le «King» s'empare du trône à Mont-Tremblant

Publié | Mis à jour

MONT-TREMBLANT – Après avoir obtenu son pire résultat en deux ans en Coupe du monde la semaine précédente, à Lake Placid, Mikaël Kingsbury a su remettre les pendules à l’heure samedi en remportant l’épreuve de la Coupe du monde de ski acrobatique disputée à Mont-Tremblant.

Avec sa récolte de 86,73 points en super finale, celui que l’on appelle le «king des bosses» a détrôné le champion défendant de la compétition, le Japonais Ikuma Horishima (85,02), qui l’a suivi au fil d’arrivée.

Le Kazakh Dmititriy Reikherd (83,42) les a accompagnés sur le podium.

Chez les dames, Justine Dufour-Lapointe a elle aussi fait plaisir à son public en s’octroyant la troisième place derrière la gagnante, la Française Perrine Laffont, et l’Australienne Jakara Anthony.

Le patron, c’est... lui

«J’ai juste voulu montrer qui était le boss, s’est exclamé le vainqueur [rires] d’une 54e compétition en Coupe du monde. Blague à part, de battre Ikuma, c’est une belle sensation, surtout ici où il est toujours à l’aise. S’il y a bien quelqu’un qui me pousse chaque jour, c’est bien lui. Il a tout mon respect.

«Parler de vengeance, de poursuivre l’athlète de Deux-Montagnes, ce n’était pas nécessairement le but. Je ne voulais pas me venger, mais plutôt faire mon travail et surtout ne pas me laisser influencer par la course des autres.»

Une petite erreur

Tout n’a pas été parfait pour le maître incontesté de la spécialité, avoue-t-il. Son mauvais choix de couloir a failli lui jouer un tour.

«Ma seule erreur, a-t-il raconté, c’est d’avoir choisi la ligne du milieu, qui était la moins rapide. Mais comme je l’avais utilisée la veille, je devais la garder. J’ai aussi connu une petite hésitation au milieu du tracé, mais elle n’a pas été coûteuse.»

«Je pense que les gens sur place ont une nouvelle fois réalisé que ce n’était pas évident de gagner une Coupe du monde», a affirmé Kingsbury, âgé de 26 ans.

Mais un champion n’est jamais rassasié.

«Je peux faire encore mieux, répond-il. Je veux atteindre mon maximum à l’occasion des Championnats du monde [à Deer Valley, la semaine prochaine]. Mais c’est prometteur, j’ai gagné à mes quatre dernières présences là-bas.»

Les rôles sont inversés

En fin d’entrevue, Kingsbury s’est rappelé son enfance, alors que les rôles étaient inversés.

«Je me souviens, il y a plusieurs années, j’étais petit et je regardais mes idoles skier. Aujourd’hui, c’est moi qui suis de l’autre côté de la clôture à inspirer les jeunes.»

Deux autres Québécois, Philippe Marquis, classé neuvième à sa toute dernière présence en Coupe du monde en sol québécois, et Laurent Dumais ont terminé dans le top 10.

«Je voulais finir ma carrière à Tremblant sur une belle note, a dit Marquis. C’est mission accomplie. J’ai réussi l’une des descentes les plus rapides de la journée. Je suis comblé.»

Des larmes pour Justine

Une fois sa troisième place confirmée, Justine Dufour-Lapointe n’a pu contenir ses émotions, elle qui a accédé au podium pour la première fois de la saison.

«J’ai versé des larmes, a-t-elle souligné. Ça voulait dire tellement de choses pour moi, surtout après le pire début de saison de ma carrière.

«Ce podium, c’est le plus beau cadeau que je pouvais m’offrir. Je suis enfin remise de ma blessure à une épaule. Les choses se replacent et j’en suis très fière.»

Sa troisième place a chassé sa sœur Chloé d’une place sur le podium, elle qui avait également participé à la super finale.

«J’ai tout donné, a déclaré Chloé. Mon chrono a peut-être fait la différence, mais ce n’est pas grave. Ma progression se poursuit.»

Et pour cause, cette quatrième place lui procure son meilleur résultat cette année.