Boxe

Un baromètre pour Arslanbek Makhmudov

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL – Depuis son arrivée à Montréal, Arslanbek Makhmudov détruit tout sur son passage. Il tentera de faire de même contre le vétéran Jason Bergman, samedi soir.

C’est un combat qui pourrait servir de baromètre pour l’équipe du géant russe. Bergman a déjà été partenaire d’entraînement de Deontay Wilder, Alexander Povetkin et Tyson Fury au cours de sa carrière.

Plus près de nous, il a déjà mis les gants avec Oscar Rivas pendant quelques semaines alors que le Montréalais se préparait pour son duel contre Joey Abell.

«Bergman, c’est un gaucher très endurant, a souligné l’entraîneur de Makhmudov et Rivas, Marc Ramsay. Notre objectif avec Arslanbek, c’est de lui faire faire des rounds. C’est important comme défi pour notre équipe.

«Par contre, on ne retiendra pas Arlsanbek si ça doit se passer rapidement. Ce n’est pas moi qui vais le freiner.»

Pas d’inquiétude

Bergman, lui, ne s’en fait pas trop avec la réputation de Makhmudov malgré sa puissance et son gabarit imposant.

«Ça ne me dérange pas de me battre avec un adversaire plus grand que moi. J’en ai l’habitude, a indiqué le résident de Pittsburgh. Je suis excité parce qu’il est jeune et c’est un dur.

«Je sais qu’il va vouloir m’arracher la tête et je vais tenter de faire la même chose. Il ne m’intimidera pas.»

Le seul hic, Bergman n’a eu que trois semaines pour se préparer à son choc de samedi. Par contre, il assure qu’il est en bonne condition physique et qu’il sera prêt à livrer une performance respectable contre Makhmudov.

Pour revenir à Rivas, Bergman s’est montré élogieux à son endroit.

«Oscar est un des meilleurs partenaires d’entraînement avec qui j’ai eu la chance de mettre les gants, a mentionné l’Américain. Sa victoire contre Bryant Jennings ne m’a pas surpris du tout, car je sais à quel point il a du potentiel.

«Rivas est rapide et il frappe très lourd. Je crois qu’il peut rivaliser avec l’élite mondiale.»