Impact

«On a tous les jambes mortes!»

Publié | Mis à jour

La chaleur et le beau temps ne sont pas au rendez-vous sur la péninsule ouest de la Floride, mais les joueurs de l’Impact de Montréal continuent de suer à grosses gouttes.

Au jour 4 du camp hivernal à Sarasota, près du golfe du Mexique, les joueurs ont continué de parfaire leur cardio sous la gouverne du préparateur Robert Duverne, qui a changé la formule, jeudi.

Puisque les précipitations de la dernière nuit ont trempé la surface de course matinale, les troupiers du Bleu-blanc-noir ont pris le chemin de la municipalité de Lakewood Ranch, à l’est de Sarasota, pour s’entraîner au Premier Sports Campus, où ils se sont livrés à six cycles d’intenses exercices pour plus d’une heure.

Les joueurs étaient complètement vidés à la suite de leur avant-midi de travail. Le temps d’un dîner d’équipe au restaurant de l’hôtel, ils sont retournés au complexe de Lakewood Ranch pour participer à un entraînement avec ballons.

«On connait le programme de Robert. On a tous les jambes un peu mortes en ce moment, a confié le milieu Mathieu Choinière, sourire aux lèvres.

«La première chose qu’on pense en rentrant à nos chambres, c’est de s’allonger dans nos lits et faire une sieste!»

Piatti : un modèle

Oui le camp est exigeant pour les joueurs de l’Impact, mais personne ne se plaint de la besogne à accomplir à plus d’un mois du calendrier 2019.

Un qui montre l’exemple, c’est Ignacio Piatti. Le capitaine argentin donne son 110% lors des entraînements et il démontre une fois de plus que son âge ne soulève aucun souci quant à sa forme physique.

«Nacho» se donne certainement toutes les chances de se classer à nouveau parmi les meilleurs buteurs de la MLS, lui qui a fait secouer les cordages 16 fois en 2018, soit un but de moins que les deux campagnes précédentes.

Rappelons qu’il a terminé au sixième rang des buteurs du circuit Garber, cet automne.

Voyez le reportage de Nicolas A. Martineau dans la vidéo, ci-dessus.