Boxe

«J’attends ce moment depuis que je boxe» - Germain

Publié | Mis à jour

Au cours de la dernière année, Mathieu Germain a souvent parlé qu’il avait hâte de faire les frais d’une finale d’un gala de boxe. Samedi soir, il aura cet honneur avec en prime le plus gros test de sa carrière.

Germain (16-0, 8 K.-O.) se mesurera à l’Albertain Steve Claggett (27-5-1, 17 K.-O.) dans un duel de 10 rounds dans la catégorie des 140 lb. Les titres IBF nord-américain et international seront à l’enjeu. Avec une victoire, le Québécois pourrait percer le top 10 de cette association.

«J’attends ce moment depuis que je boxe et je me sens bien avec l’importance du moment, a indiqué Mathieu Germain à l’issue d’une conférence de presse tenue au Casino de Montréal. Je suis content d’avoir un gros combat dans un gala comme celui-là.»

Par contre, il sait qu’il devra être aux aguets dans le ring avec Claggett. On se souvient que l’Albertain avait causé une surprise en octobre 2017 en venant à bout de Yves Ulysse fils par décision partagée.

Lors de cette soirée, Ulysse avait bien boxé, mais il était tombé dans la zone de confort de Claggett. Une erreur que Germain compte bien éviter.

«Je vais utiliser le ring sans donner l’impression de me sauver de lui, a précisé Germain. On va le boxer et c’est ça qu’on va voir samedi. J’ai bien l’intention de l’amener à l’école.»

Comme à la maison

Pour sa part, Claggett aimerait bien causer une deuxième surprise en autant de visites à Montréal.

«Je m’attends à un combat similaire à celui que j’ai eu avec Junior Ulysse, a mentionné celui qu’on surnomme «Dragon». Germain est un boxeur qui est rapide et agile. Je crois que ce sera un duel différent parce que je suis un pugiliste différent.

«Depuis mon combat contre Ulysse, j’ai eu une amélioration marquée dans mes habiletés. J’ai travaillé sur plusieurs aspects que je compte utiliser contre Germain. J’ai travaillé dur à l’entraînement et je me sens au sommet de mon art.»

En plus, il se sent confortable en sol montréalais.

«J’aime venir boxer ici. Je me sens comme chez moi, a souligné Claggett. C’est une bonne foule pour les combats et on le sent sur le ring.»

Akhmedov: une première?

En demi-finale de la soirée, Sadriddin Akhmedov (6-0, 6 K.-O.) tentera d’écrire une page d’histoire de la boxe kazakhe.

Le pugiliste de 20 ans pourrait devenir le premier champion du monde junior de ce pays. Même Gennady Golovkin n’a pas réussi cet exploit au cours de sa brillante carrière.

Pour l’occasion, il affrontera le Mexicain Abraham Juarez (13-1, 5 K.-O.) pour le titre WBC jeunesse des 154 lb.

«Notre adversaire vient à Montréal pour gagner, a souligné l’entraîneur d’Akhmedov, Marc Ramsay. Il est offensif et il n’essaye pas seulement de survivre. C’est un rêve pour Sadriddin de remporter cette ceinture et ça l’a beaucoup motivé à l’entraînement. Je sais à quel point c’est important pour lui.»

Il s’agira du quatrième combat d’Akhmedov sous la gouverne de Ramsay et de son équipe.