Crédit : AFP

Tennis

Milos Raonic aurait voulu faire mieux

Publié | Mis à jour

Une deuxième présence en carrière dans le carré d’as des Internationaux d’Australie était à sa portée, mais Milos Raonic s’est plutôt incliné 7-6 (4), 6-3, 6-7 (2) et 6-4  devant le Français Lucas Pouille, dans la nuit de mardi à mercredi.

Le Canadien, 17e au monde, avait connu un excellent début de tournoi en éliminant tour à tour Nick Kyrgios (52e), Stanislas Wawrinka (59e), Pierre-Hugues Herbert (55e) et Alexander Zverev (4e). Il avait de plus remporté ses trois duels précédents contre Pouille (30e). Le Français, quant à lui, n’avait jamais dépassé le premier tour à Melbourne avant cette année.

«Au début du match, j’ai senti que je lançais la balle un peu trop loin devant moi, ce qui n’a pas aidé mon taux de réussite au service», a expliqué Raonic au site de l’ATP après la rencontre.

«Je savais qu’il [Pouille] allait me compliquer la vie, a-t-il poursuivi. J’aurais voulu mieux faire au service et améliorer quelques aspects de mon jeu qui étaient un peu déficients.»

Blessure

Maintenant qu’il est éliminé, Raonic fera examiner une blessure au genou qu’il traîne depuis 2018. «Je sais qu’il y a des dommages à l’intérieur de mon genou, a-t-il reconnu. J’essaie d’éviter une opération.»

Contre Pouille, Raonic a remporté 71 % des points pour sa première balle, a réalisé 25 as et commis six doubles fautes. Son adversaire a quant à lui claqué 14 as et n’a commis que quatre doubles fautes.

L’Ontarien de 28 ans avait quelques conseils pour son tombeur, qui a rendez-vous avec le favori, Novak Djokovic, en demi-finale.

«Il ne doit pas essayer d’en faire trop, seulement jouer au meilleur de ses capacités, a-t-il dit. Je crois que c’est l’aspect le plus important. Le problème n’est pas seulement son adversaire, mais aussi les circonstances dans lesquelles le match sera disputé, qui sont nouvelles pour lui.»

«Il doit rester fidèle à lui-même et se concentrer sur les choses qu’il fait bien», a ajouté Raonic.

Le crédit à Mauresmo

L’ancienne numéro 1 mondiale Amélie Mauresmo est l’entraîneuse de Pouille depuis le mois de décembre. Le Français de 24 ans croit d’ailleurs que sa compatriote est en grande partie responsable de ses récents succès.

«C’est une championne et une excellente entraîneuse, a-t-il dit au site du tournoi. J’ai davantage confiance en moi et en mon jeu depuis que je suis avec elle.»

«Notre objectif n’est pas d’atteindre la finale ou la demi-finale, mais plutôt d’améliorer mon tennis, a-t-il poursuivi. C’est sur quoi je me concentre à l’entraînement. Il y a moins de pression de cette façon. Je me concentre sur mon jeu et non sur les conséquences et les résultats.»