Les Partants

Les Canadiens ont laissé leur marque à Melbourne

Publié | Mis à jour

Le dernier Canadien en lice dans les tableaux de simple lors des Internationaux d’Australie a été éliminé alors que Milos Raonic s’est fait montrer la porte de sortie par le Français Lucas Pouille lors des quarts de finale. Mais les représentants de l’unifolié ont globalement bien fait lors de ce premier tournoi du Grand Chelem de la saison.

Tombeur de l’Allemand Alexander Zverev, quatrième joueur mondial, Raonic a semblé retrouver sa forme d’il y a quelques années.

«J’étais un peu surpris (qu’il perde), car Milos jouait du grand tennis, a souligné Louis Borfiga, vice-président haute performance et développement des joueurs chez Tennis Canada, mercredi, lors de l’émission Les Partants sur les ondes de TVA Sports. Il avait un tableau extrêmement difficile qu’il a très bien négocié. 

«Avant le match, je dois vous dire que j’étais assez confiant. Lucas a fait un match quasi parfait. Et Milos, dans les moments importants, il a fait quelques petites erreurs qui lui ont coûté la victoire.»

Mais au final, de voir Raonic loin des blessures est un signe encourageant. Et outre Raonic, il y a la jeune Ontarienne de 18 ans Bianca Andreescu qui a fait tourner les têtes.

«On croit beaucoup en Bianca, a continué Borfiga. Ça fait longtemps qu’on la suit et on a toujours pensé qu’elle avait un très gros potentiel. L’année dernière, elle a été ralentie par certaines blessures. 

«Mais cette année, elle a commencé très fort à Auckland et lors de la phase qualificative (à Melbourne). Pour moi, ce n’est pas une surprise, elle a affronté la numéro 13 (NDLR : Anastasija Sevastova) au monde et a presque gagné. Pour moi, je dirais que son niveau se situe aux alentours de la 50e place.»

Outre Raonic et Andreescu, Denis Shapovalov a atteint le troisième tour, étant éliminé par Novak Djokovic, alors qu’Eugenie Bouchard a plié l’échine au deuxième tour devant Serena Williams.

De plus, Félix Auger-Aliassime n’a pu franchir l’étape qualificative, mais le jeune athlète est rempli de promesses. Sans oublier la spécialiste du double Gabriela Dabrowski et la jeune Lelah Annie Fernandez, qui évolue au niveau junior. Cette dernière, quatrième favorite, est d’ailleurs en quarts de finale.

Et pour Borfiga, les retombées sont certaines.

«Il y a beaucoup plus d’enfants qui jouent au tennis. Grâce à Milos, à Eugenie, à Vasek, il y a eu un changement d’état d’esprit. Les jeunes qui ont 13-14 ans, ils jouent vraiment avec beaucoup d’ambition. Ils jouent pour gagner et c’est un grand changement.

À voir dans la vidéo ci-dessus.