Valérie Grenier

Photo : Valérie Grenier Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Ski et planche

Valérie Grenier à trois dixièmes du podium en Italie

Publié | Mis à jour

(Sportcom) – «Je suis extrêmement contente! J’étais en confiance parce que c’est la discipline qui va le mieux en ce moment.»

Il s’en est fallu de peu, très peu même pour que Valérie Grenier monte sur le podium du super-G. En fait, il ne lui manquait que 0,3 seconde pour décrocher le bronze à la Coupe du monde de Cortina d’Ampezzo, dimanche.

Avec un chrono de 1 min 22,96 s, la skieuse alpine de Mont-Tremblant a conclu au quatrième rang, son meilleur résultat en carrière sur le circuit de la Coupe du monde. Grenier a accusé un retard de 0,48 seconde sur la gagnante, l’Américaine Mikaela Shiffrin. La Liechtensteinoise Tina Weirather (+0,16 s) et l’Autrichienne Tamara Tippler (+0,18 s) ont récolté l’argent et le bronze.

«Pour moi, ça passe ou ça casse parce que j’y vais toujours vraiment à fond et je suis souvent sur la limite avec la ligne. J’ai plusieurs abandons en super-G, mais ça se passe bien normalement quand je me rends jusqu’en bas. Les deux résultats que j’ai eus cette saison sont encourageants», a dit la jeune femme de 22 ans, cinquième à Lake Louise en décembre.

Grenier a d’ailleurs fait savoir que le parcours n’était pas facile en Italie et qu’il y avait des pièges à éviter.

«Il y avait plusieurs endroits où tu devais être intelligente. J’ai eu un peu de difficulté à certains passages, mais je n’ai jamais capoté. Même quand j’étais un peu en bas de la ligne, j’arrivais à me ramener. Les conditions météorologiques étaient vraiment parfaites. La neige était glacée, mais je me sentais bien. Il y avait du gros soleil et la visibilité était vraiment bonne. »

La prochaine compétition de Grenier sera la Coupe du monde de Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne, le week-end prochain. Elle prendra le départ du super-G, mais pas de la descente.

Gagnon inspirée par Grenier

Marie-Michèle Gagnon pointe quant à elle au 21e échelon avec un retard de 1,48 s sur Shiffrin.

«Je ne suis pas très satisfaite de mon rang. J’aimerais en faire plus surtout quand je vois que ma coéquipière a si bien fait aujourd’hui. Valérie devient de plus en plus intelligente dans la façon dont elle skie, surtout dans les virages difficiles. Elle est toujours en sixième vitesse, elle est vraiment fonceuse et je peux apprendre d’elle. C’est super de l’avoir dans notre équipe et ça aide l’atmosphère au sein du groupe.»