Canadiens de Montréal

Un texto de Paul Byron a ému Charles Hudon

Publié | Mis à jour

Paul Byron porte en alternance un « A » sur son chandail. Shea Weber est celui avec le « C » sur son gilet. C’est parfois dans les gestes les plus simples qu’on peut reconnaître de bons meneurs.

Charles Hudon a raconté un aspect humain du hockey quelques minutes après son retour au sein de la formation dans un revers de 5 à 2 contre les Flyers, samedi, au Centre Bell. Hudon avait déjà fait deux ou trois vagues d’entrevues en français et en anglais, mais il avait encore du temps pour l’auteur de ces lignes.

Le numéro 54 a témoigné de la solidarité qui règne dans ce vestiaire.

«Paul m’a texté quand il a appris sa suspension pour trois matchs, a dit Hudon. Il m’a dit que si j’avais la chance de jouer à sa place, je devais saisir ma chance. Il sait que je peux créer des choses et aider l’équipe. Ça pourrait faire ouvrir les yeux à tout le monde.»

«Quand tu vis des moments difficiles, que tu ne joues pas depuis une longue période, ça fait chaud au cœur de ressentir l’aide de tes coéquipiers.»

Hudon n’a pas immédiatement réinséré la formation après la suspension à Byron. Au premier match sans «Ti-Paul», Claude Julien a misé sur Matthew Peca face aux Blue Jackets à Columbus.

Dans l’avion entre l’Ohio et le Québec, Hudon a appris qu’il obtiendrait sa chance lors de la rencontre suivante.

«Weber était à côté de moi quand j’ai su que j’étais pour jouer contre les Flyers. Il était heureux pour moi. Il m’a dit de bons mots, il m’a rappelé de ne pas me décourager. C’est réconfortant. J’ai une belle complicité avec Paul, il est l’un de mes bons amis. Shea est notre capitaine, il agit comme un bon meneur. Il parle à tout le monde.»

Départ honnête

À son premier match depuis le 8 janvier contre les Red Wings à Detroit, Hudon a joué à l’aile gauche en compagnie de Jesperi Kotkaniemi et de Joel Armia. Il a terminé la rencontre avec trois tirs en direction de Carter Hart et un temps d’utilisation légèrement supérieur à 15 minutes.

«Je me sentais bien. Je croyais que c’était pour être plus difficile pour retrouver mon synchronisme, mais j’avais de bonnes jambes. Je veux tellement jouer, j’avais hâte de revenir au sein de la formation. J’étais excité et j’ai cherché à en profiter.

«Si je n’avais pas généré de chances de marquer à mes derniers matchs, j’ai réussi à obtenir des occasions ce soir.»

Sa ville, son équipe...

Depuis le 1er décembre, Hudon a endossé l’uniforme du CH lors de seulement quatre des 25 dernières rencontres.

«C’est difficile, a-t-il répliqué. J’essaye de ne pas montrer que je trouve ça difficile. Je veux faire mon travail. Oui, je ne joue pas souvent, mais je dois me tenir prêt et, pour ça, j’ai besoin de travailler fort lors des entraînements. Je ne peux pas me laisser envahir par la frustration.»

S’il reconnaît qu’il parle souvent avec son agent Allain Roy afin de s’enquérir de sa situation avec le Tricolore, Hudon a réitéré son plus grand souhait.

«Je ne peux pas me laisser envahir par la frustration. Ça fait partie du hockey, c’est l’aspect business. S’il doit arriver quelque chose, il arrivera quelque chose. Moi, ma première option c’est de rester avec le Canadien. C’est ma ville, c’est mon équipe.»

L’an dernier, Hudon avait représenté une belle histoire lors d’une saison moribonde avec 30 points (10 buts, 20 passes) en 72 rencontres. Un an plus tard, il a seulement 4 points (3 buts, 1 passe) après 25 matchs.