HKO-HKI-SPO-FINLAND-V-SWEDEN---2019-IIHF-WORLD-JUNIOR-CHAMPIONSH

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Des défenseurs gauchers intéressants

Publié | Mis à jour

La recherche interminable de joueurs de centre capables d’évoluer sur les deux premiers trios du Canadien est peut-être finalement terminée.

Si plusieurs voient en Jesperi Kotkaniemi le Messie tant attendu qui pourra pivoter le premier trio du Tricolore pendant plusieurs années, la présence de Ryan Poehling, Nick Suzuki et Jesse Ylonen dans la banque d’espoirs du CH a de quoi rendre optimiste.

Le sujet de l’heure, de la semaine ou du mois, maintenant, à Montréal, est celui du fameux défenseur gaucher de première paire. Faire l’acquisition de ce genre de joueur ne se fait pas en claquant des doigts et, la plupart du temps, les formations doivent se rabattre sur le repêchage pour en acquérir.

Heureusement pour l’organisation du Canadien, plusieurs des meilleurs défenseurs admissibles au prochain encan de la LNH sont gauchers. En voici cinq.

BOWEN BYRAM

Giants de Vancouver (WHL)

6 pi 1 po et 192 lb

Statistiques cette saison : 43 parties, 16 buts, 27 passes, 43 points

Byram et Philip Broberg sont actuellement les deux défenseurs gauchers les mieux cotés en vue de la prochaine séance de sélection, mais Byram semble avoir une longueur d’avance. Quart-arrière de la formation canadienne lors de la Coupe Hlinka-Gretzky, l’été dernier à Edmonton, l’arrière canadien est le prototype parfait de ce que les formations recherchent dans un choix hâtif de premier tour. Défenseur mobile, il possède une vision du jeu qui lui permet d’être efficace en relance, mais également sur l’avantage numérique. Ses qualités défensives font de lui un joueur qui a le potentiel de devenir un homme à tout faire à la ligne bleue d’une formation de la LNH.

PHILIP BROBERG

AIK (Allsvenskan/Suède)

6 pi 3 po et 199 lb

Statistiques cette saison : 30 parties, un but, 7 passes, 8 points

Broberg a impressionné lors de la Coupe Hlinka-Gretzky. C’est que ses habiletés athlétiques ont de quoi faire rêver et lors de certaines séquences, il semblait inarrêtable en raison de son coup de patin puissant et fluide. Le gros défenseur joue son tour régulier en Allsvenskan cette saison, la deuxième ligue en importance en Suède, et a représenté son pays lors du dernier Championnat mondial de hockey junior, n’étant toutefois pas beaucoup utilisé. Certains se questionnent sur son potentiel offensif, mais pas de doute qu’un défenseur de son gabarit qui patine comme il sait le faire, ça fait saliver les recruteurs.

MATTHEW ROBERTSON

Oil Kings d’Edmonton (WHL)

6 pi 4 po et 198 lb

Statistiques cette saison : 34 parties, 6 buts, 16 passes, 22 points

Si Byram et Broberg ont des aptitudes qui peuvent faire lever les spectateurs de leur chaise, c’est un peu différent pour Robertson. Ça n’en fait pas un défenseur moins efficace pour autant ! Le natif de Sherwood Park en Alberta s’est toutefois déjà implanté comme un incontournable dans toutes les situations à Edmonton. En fait, il le fait déjà depuis un an. «Cette année, on a pu voir sa maturité malgré qu’il soit un jeune joueur, a mentionné le directeur général des Oil Kigns, Kirt Hill, dans une entrevue publiée sur le site de la WHL. Il jouait près de 30 minutes par match l’an dernier à 16 ans et il a très bien géré ça. Il est extrêmement calme en possession de rondelle.»

CAM YORK

Programme de développement américain (USHL)

5 pi 11 po et 172 lb

Statistiques cette saison : 34 parties, 6 buts, 22 passes, 28 points

L’an dernier, c’était Quinn Hughes et, cette année, voici Cam York. Comme Hughes, York est un petit défenseur à l’instinct offensif aiguisé et au coup de patin explosif. Et il joindra le même programme de la NCAA, soit celui des Wolverines du Michigan. L’espoir américain a marqué l’histoire du programme de développement mardi dernier en récoltant un total de sept points dans une victoire de 11-3 contre les Phantoms de Youngstown, une équipe de la USHL. À noter que York est natif d’Anaheim Hills, en Californie, et qu’il a évolué sous les ordres de Scott Niedermayer dans sa jeunesse. Il s’est toutefois exilé en 2015 pour joindre le prestigieux programme de Shattuck St. Mary’s.

VILLE HEINOLA

Lukko (Liiga/Finlande)

5 pi 11 po et 176 lb

Statistiques cette saison : 23 parties, un but, 5 passes, 6 points

Heinola s’est littéralement fait découvrir lors du dernier Championnat mondial de hockey junior. Calme et efficace dans plusieurs sphères du jeu, le défenseur finlandais s’est vite retrouvé à la gauche de l’excellent Henri Jokiharju des Blackhawks de Chicago. Malheureusement pour lui, une solide mise en échec de Maxime Comtois a mis un terme à son tournoi et il n’a pas été en mesure de prendre part au match pour la médaille d’or. Toujours est-il que Heinola en a assez fait lors de ce tournoi pour que son nom se retrouve dans la discussion chez les défenseurs susceptibles de sortir au premier tour.