LHJMQ

Joueur mineur accusé: Courteau critique les Tigres

Publié | Mis à jour

Les Tigres de Victoriaville ont «fait preuve d'un manque de jugement et d'encadrement», estime le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, en offrant de l’argent à leurs joueurs après la victoire de samedi dernier qui a mené à l’arrestation d’un joueur d’âge mineur pour conduite avec les facultés affaiblies.

Au lendemain des informations rapportées par Radio-Canada jeudi soir qui ont fait couler beaucoup d’encre aux quatre coins du circuit junior québécois, des questions sont demeurées sans réponse, vendredi.

«Le dossier est pris très au sérieux, notamment parce que la sécurité des joueurs du circuit est en cause et qu'elle demeure notre priorité absolue. [...] Bien qu'il s'agisse d'une équipe bien intentionnée qui a voulu récompenser ses joueurs, nous sommes d'avis que l'organisation a fait preuve d'un manque de jugement et d'encadrement en n'établissant pas des balises claires et strictes à ses joueurs, a déclaré Courteau par voie de communiqué au moment où il se trouvait à Sydney, en Nouvelle-Écosse.

«Nous croyons fermement qu'il est primordial que les membres du personnel des équipes redoublent de prudence dans de telles circonstances.»

Des mineurs au bar

Selon la société d’État, la direction de l’équipe a remis l’équivalent de 20 $ par joueur à la suite d’une victoire de 2 à 0 contre l’Océanic à Rimouski. Cette pratique est monnaie courante à travers la ligue, a-t-on appris.

De retour à Victoriaville, les joueurs se seraient rendus au complexe l’Évasion, qui comprend un pub et deux restaurants. L’entraîneur-chef Louis Robitaille aurait à ce moment précisé que le couvre-feu habituel était repoussé à 2 h du matin et qu’il demeurait interdit aux joueurs d’âge mineur de fréquenter le complexe de divertissement.

Toujours selon le récit de cette soirée, Robitaille se serait rendu au pub situé de l’autre côté du couloir du restaurant-bar où les joueurs faisaient la fête. Avant de quitter les lieux, il aurait rendu visite à ses joueurs pour s’assurer que la soirée se déroulait sans anicroche. Des joueurs d’âge mineur se trouvaient alors dans l’établissement, soutient Radio-Canada.

Le joueur en question a ramené un coéquipier chez lui avant de s’assoupir derrière le volant en bordure de la route 116. Des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont remarqué le véhicule immobilisé. Le jeune conducteur a ensuite échoué à l’alcootest, confirme la SQ, puisque son taux d’alcoolémie était supérieur à la limite permise de 0,08. Il a aussi reçu un constat d’infraction pour avoir conduit sans permis valide. Il comparaîtra à une date ultérieure.

Il a été impossible de connaître la version des faits de Robitaille, à savoir s’il avait eu connaissance de la présence quelques-uns de ses joueurs d’âge mineur à l’intérieur du bar, puisque les demandes d’entrevues ont été refusées par les Tigres. La formation des Bois-Francs compte neuf hockeyeurs de 17 ans.

Quelles leçons?

Tant la LHJMQ que les Tigres se sont contentés de diffuser un communiqué respectif au cours de la journée. Les différentes organisations et les joueurs des Tigres ont d’ailleurs reçu la consigne de ne pas commenter l’affaire.

«Dorénavant, les récompenses qui seront offertes à l’équipe serviront à une activité bien précise et seront encadrées par l’organisation. L’organisation des Tigres assume la responsabilité et les conséquences découlant de ces événements, et assure qu’elle a tiré des leçons importantes de cette situation», a fait savoir la direction des Tigres.

La LHJMQ a aussi indiqué que le jeune recevait «tout l’appui nécessaire» par l’entremise de l’équipe et du programme d’aide aux joueurs. «Toutes les équipes doivent tirer une leçon de ce malheureux événement afin qu'il ne se reproduise pas.»

Le grand patron des opérations hockey des Remparts de Québec, Patrick Roy, a rappelé l’importance de responsabiliser les athlètes dans toutes les sphères de la vie, pas seulement sur la glace.

«Chaque organisation essaie de s’assurer qu’aucune malchance arrive. [...] Quand un joueur arrive avec les Remparts, oui, on veut lui offrir un encadrement, mais on veut le responsabiliser pour qu’il devienne autonome, autant à titre d’étudiant que de joueur de hockey. Toutes les équipes font attention. On est tous très fiers du produit qu’on amène, pas juste au niveau hockey, mais au niveau de l’éducation, de l’encadrement et de la responsabilisation de nos joueurs.»

-Avec la collaboration de François-David Rouleau