Impact

Urruti: retour au poste d'attaquant

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL – Avec le froid de canard qui enrobait Montréal jeudi, Maximiliano Urruti n’a pas trouvé le meilleur moment pour découvrir les plus beaux atours de la ville, mais ça ne l’a pas freiné dans son enthousiasme.

«J’ai vécu deux mois à Toronto, il n’a pas fait aussi froid qu’ici, mais je sais ce que c’est. Si je dois rester plus à l’intérieur, je vais le faire», a-t-il blagué.

Plus sérieusement, Urruti semble déjà avoir été charmé par la métropole, alors on se doute bien que lorsque la belle saison arrivera, la conquête sera accomplie.

«La ville est très belle et je suis content de savoir que je vais être ici avec ma famille pour trois ans. J’ai aimé ça dès que je suis arrivé. Ma femme et moi en avons parlé en arrivant, nous avons trouvé ça très beau.»

Rôle retrouvé

L’important est aussi qu’il soit heureux sur le terrain, et ça risque d’être le cas puisqu’il retrouvera sa position préférée, celle d’avant-centre, qu’il avait un peu délaissée la saison dernière au Texas.

«L’an passé, j’ai dû m’adapter à Dallas parce qu’on me demandait de jouer derrière l’attaquant. Ici, on veut que je joue comme attaquant. Je suis habitué à cette position. Si je peux être proche de la surface, c’est là que je vais être content.»

Dans un rôle d’attaquant reculé en 2018, il a récolté huit buts et 11 passes en 33 matchs. C’est en 2017 qu’il a connu sa meilleure récolte en termes de buts avec 12, toujours sous le Bleu-Blanc-Rouge du FC Dallas.

Dans la surface

Questionné à savoir s’il préférait jouer derrière l’attaquant où être celui qui finit le travail, il n’a exprimé aucun doute. Il veut se salir le nez en étant au cœur de l’action.

«Je veux marquer des buts, j’ai les qualités pour le faire. J’aime être dans la surface afin de faire bouger les cordages.»

Même si on dit que son jeu aérien est suspect, c’est en plein ce dont l’Impact a besoin, d’autant que, même s’il n’avait pas produit, Quincy Amarikwa avait au moins laissé entrevoir, la saison dernière, qu’un attaquant teigneux et affamé pouvait convenir au style préconisé par Rémi Garde.

Dans le grand ordre des choses, Urruti ne peut que faire mieux que ses prédécesseurs.

Rappelons que la saison dernière, Amarikwa (1), Matteo Mancosu (3) et Anthony Jackson-Hamel (2) avaient inscrit un total combiné de seulement six buts.