JiC

Il ne faut pas douter de Drouin, assure Roy

Publié | Mis à jour

Le public a tort de croire que l’attaquant des Canadiens Jonathan Drouin peut dominer match après match, croit Patrick Roy, mais le jeune homme demeure un joueur de grande qualité, au talent débordant et il a tout ce qu’il faut pour réussir.

L’entraîneur des Remparts de souvient bien de l’époque où Drouin faisait la pluie et le beau temps en compagnie de Nathan MacKinnon au sein des Mooseheads d’Halifax, dans la LHJMQ. Ses Remparts avaient d’ailleurs été victimes de ce duo en éliminatoires en 2012 et à quelques reprises lors de la saison régulière suivante.

«Quand on a joué contre Halifax à ma dernière année junior (avant son retour en 2018), je dois dire qu'il était un complément extraordinaire à MacKinnon», s’est-il rappelé, en entrevue à «JiC», jeudi.

«Je suis convaincu que Jonathan Drouin va jouer le même rôle avec les Canadiens», a poursuivi l’ancien numéro 33.

«C’est sûr qu’on s’attend à ce qu’il soit, soir après soir, le joueur dominant. Ce n’est peut-être pas sa chaise. Mais il demeure un "top six" dans la LNH, c'est un joueur avec énormément de talent», a-t-il également affirmé.

D’ailleurs, Roy est agréablement surpris par le rendement des Canadiens depuis le début de la présente campagne et y voit un parallèle avec une autre formation qui a connu beaucoup de succès dans les derniers mois.

«Vegas a montré l'an passé qu'une équipe qui travaille soir après soir avec acharnement peut surprendre dans la Ligue nationale et c’est un peu ce que l’équipe fait présentement, a-t-il souligné. Il faut leur donner une chose : le Canadien est une équipe qui patine bien, qui est rapide. En saison régulière, c’est certain que c’est une équipe qui peut être difficile à affronter. Les défenseurs font un bon travail et Carey Price semble avoir retrouvé ses moyens.»

Parlant des Golden Knights, il a aussi lancé des fleurs au vétéran gardien québécois Marc-André Fleury, qui connaît une énième bonne saison dans la LNH et qui se dirige tout doucement vers le Temple de la renommée.

«Avec le succès qu'il connaît présentement avec Vegas, celui qu’il a connu à Pittsburgh, c'est certain qu'il va être considéré», a-t-il observé.

Satisfait de son magasinage

Les Remparts, dont il est également directeur général, ont surpris beaucoup d’observateurs durant la dernière période des transactions en se montrant beaucoup plus «vendeurs» qu’acheteurs.

«On sentait le besoin de faire des changements, a admis Roy. On voulait changer le "mix" et aller chercher des choix au repêchage.»

Celui qui était surnommé «Casseau» à Montréal a cependant tenu à «conserver un noyau intéressant» pour les partisans des Remparts, qui tourne autour des attaquants Philipp Kurashev et Andrew Coxhead ainsi que des arrières Sam Dunn et Etienne Verrette.

«On a joué des très bons matchs au cours de la dernière fin de semaine, on est bien heureux de la façon dont l'équipe se comporte», a-t-il observé.

Qui plus est, le futur apparaît soudainement bien plus rose à la suite des transactions réalisées ces dernières semaines.

«On croit beaucoup que l'avenir des Remparts va passer par le repêchage, a-t-il expliqué. Quand je suis arrivé, on n’avait pas beaucoup de choix de repêchage et là on a réussi à aller chercher des choix de qualité.»

Enfin, une autre bonne nouvelle pour les partisans des «Diables rouges» : Roy ne semble pas particulièrement s’ennuyer de la LNH pour l’instant.

«J’adore la situation dans laquelle je suis», a-t-il assuré.

«Je dois avouer que je suis extrêmement heureux (...) j'adore le groupe avec lequel je travaille tous les jours, j'adore les joueurs.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.