Football universitaire RSEQ

Mathieu Betts : la NFL et la fierté des Spartiates

Publié | Mis à jour

Mathieu Betts est le plus récent d’une lignée d’ailiers défensifs exceptionnels qui ont porté les couleurs des Spartiates du Vieux-Montréal.

Du nombre, Mehdi Abdesmad a disputé une saison avec les Titans du Tennessee et une partie présaison avec les Buccaneers de Tampa Bay, après une belle carrière à Boston College. Il a annoncé sa retraite en juillet 2018 pour revenir à Montréal.

Abdesmad croit-il possible que Betts perce la NFL?

«Mathieu possède le potentiel pour se développer comme un très bon joueur», a-t-il mentionné.

«Ce n’est pas le joueur le plus lourd, mais il pourrait être très, très bon dans une défensive de type 34 sur le coin de la ligne. Il pourrait demeurer à 250 livres et garder sa vitesse qui est sa force. Dans une défensive de type 43, il pourrait être utilisé en situation de passe. Il possède un excellent premier pas et tourne bien le coin.

«On a certains points en commun, comme le record de sacs en une saison au collégial qui est de 15, mais je me servais surtout de ma force.»

Ailier défensif ou secondeur extérieur?

Betts est perçu par certains comme un ailier défensif et par d’autres comme un secondeur extérieur. Abdesmad a vécu une situation similaire.

«C’est plus difficile quand tu es un joueur hybride. La clé est d’avoir un entraîneur qui croit en toi et qui n’a pas peur d’investir du temps dans ton développement.

C’est une business difficile. Dans mon cas, on ne savait pas trop à quelle position m’utiliser. Technique 3 pour certains et ailier défensif pour d’autres dans un schéma 43, et technique 5 dans un schéma 34. C’est plus difficile.»

L’aide de Gascon-Nadon

Arnaud Gascon-Nadon est un autre ailier défensif qui s’est illustré avec les Spartiates. Il a emprunté un parcours similaire à celui de Betts. Après une saison dans la NCAA à Rice, il a disputé trois campagnes à Laval, gagnant le trophée J.P. Metras à deux occasions et méritant au passage une invitation au East West Shrine Game.

«Nous avons un parcours et un style similaires, moi et Arnaud, a souligné Betts. Il m’a écrit en décembre pour m’offrir son aide si je le souhaitais. Il a eu une influence sur moi. Il a été un des meilleurs ailiers défensifs au Vieux-Montréal et à Laval. Quand je regardais le Rouge et Or à la télévision, plus jeune, lui et Frédéric Plesius étaient les deux meilleurs joueurs.»

«Quant à Mehdi, il possédait des qualités athlétiques hors normes alors que je mise en premier lieu sur ma vitesse. C’était une légende quand je suis arrivé au Vieux. Au collégial, Medhi était un géant qui affrontait des enfants.»

Betts ou Gascon-Nadon? «Mathieu est encore plus vite au départ, mais Arnaud est plus physique au point d’attaque sur le jeu au sol, a expliqué l’entraîneur-chef du Rouge et Or Glen Constantin. L’effort et l’intensité que Mathieu met, personne ne se compare à ça. On n’a jamais eu un joueur comme ça à Laval. Ce sont deux très bons joueurs pour qui j’ai beaucoup de respect.»

Tout pour réussir

Si certains croient que l’avenir de Mathieu Betts dans la NFL passe par la position de secondeur, Andy Mulumba estime plutôt que le joueur étoile du Rouge et Or sera en mesure de s’établir comme ailier défensif.

Signé comme agent libre, le secondeur montréalais a disputé trois saisons avec les Packers de Green Bay de 2013 à 2015. En remplacement de Clay Matthews, blessé en 2013, Mulumba avait notamment réussi 30 plaqués.

«La NFL change et se concentre plus sur la passe, a-t-il souligné. Ton poids ne fait aucune différence si tu es en mesure de mettre de la pression sur le quart-arrière. Les Rams et les Falcons misent sur des ailiers plus légers. L’important est de faire des jeux et d’être rapide. Mathieu a tout pour réussir. Il possède de bonnes feintes, de bonnes hanches et un bon levier.»

«Il me surpasse déjà en force, talent et explosion, de poursuivre l’ancien des Spartiates du Vieux-Montréal. Selon ce que je lis et vois, il fait tourner des têtes au East West Shrine Game. C’est très plaisant de voir des Québécois connaître du succès. De mon côté, mon approche sur les unités spéciales m’a ouvert des portes pour compétitionner en défensive.»

Un gros «moteur»

Betts met des bémols. «Andy a beurré épais en disant que je lui étais supérieur. Il a été généreux. Venant d’un joueur de sa qualité, je vais le prendre comme un compliment.»

Coéquipier de Matthews pendant trois saisons, Mulumba vante le moteur de son ancien coéquipier. Une qualité aussi mise de l’avant par l’entraîneur de ligne défensive des Bengals de Cincinnati Marcus Lewis, qui a fait l’éloge de Betts dans nos pages, mercredi.

Sans comparer les deux joueurs, Glen Constantin avait tracé plus tôt cette semaine des comparaisons dans le style de jeu des deux joueurs.

«Le moteur de Clay n’arrête jamais et c’est ce qui fait sa force. Il gagne ses batailles à un contre un en raison de son désir. Il ne se fatigue pratiquement jamais.»

Inscrit à la maîtrise en finances, Mulamba réside maintenant à Los Angeles depuis qu’il a pris sa retraite en février 2018. Il assistera au NFLPA Collegiate Bowl, samedi au Rose Bowl, et prévoit aller rencontrer l’ailier rapproché Alexandre Savard et le bloqueur Maurice Simba après la rencontre.