Crédit : AFP

Tennis

Australie: frayeur pour Simona Halep

Publié | Mis à jour

La no.1 mondiale Simona Halep a bataillé pour se défaire de l'Estonienne Kaia Kanepi (71e) en trois manches de 6-7, (2) 6-4, 6-2 au premier tour des Internationaux d'Australie, mardi à Melbourne.

Menée d'un set et d'un bris (2-1), Halep, à l'arrêt en fin de saison 2018 en raison d'une hernie discale, n'est pas passée loin d'une deuxième élimination consécutive d'entrée en Grand Chelem, elle qui avait chuté au 1er tour des Internationaux des États-Unis l'été dernier, déjà face à Kanepi. Mais la Roumaine de 27 ans ans a su réagir et en retirer «beaucoup de confiance» pour la suite du tournoi.

Halep avait atteint la finale à Melbourne en 2018, quatre mois avant de remporter son premier trophée en Grand Chelem à Roland-Garros.

Au deuxième tour, elle sera opposée à l'Américaine Sofia Kenin (37e).

Serena en 49 minutes pour son retour

Serena Williams s'est promenée pour son retour en compétition officielle quatre mois après: la star américaine a expédié l'Allemande Tatjana Maria (73e) 6-0, 6-2 en 49 minutes au premier tour.

Sa précédente sortie, en finale des Internationaux des États-Unis début septembre dernier, est encore dans les mémoires: Serena s'était emportée contre l'arbitre, le Portugais Carlos Ramos, et avait reçu trois avertissements, le dernier pour insulte. À portée de raquette, son rêve d'égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem, détenu par l'Australienne Margaret Court, joueuse des années 1960-1970, s'était évanoui, au moins temporairement.

Sur la Rod Laver Arena mardi, vêtue d'une combishort verte et de collants résille couleur peau, la cadette des soeurs Williams (37 ans) a expédié le premier set en seulement 18 minutes. De l'autre côté du filet, Maria, une des quatre joueuses engagées dans le tournoi ayant un enfant, comme Serena, ne servait alors que 13% de premières balles et n'avait frappé qu'un coup gagnant. La seconde manche a demandé guère plus d'efforts à l'Américaine.

«J'ai tellement de bons souvenirs de la dernière fois que je suis venue ici. C'était la plus belle victoire de ma carrière», s'est remémorée Serena.

C'est à Melbourne que l'ex-no.1 mondiale aujourd'hui 16e s'est offert son 23e sacre en Grand Chelem en 2017. Elle était alors enceinte de huit semaines. L'édition 2018, quatre mois après qu'elle avait donné naissance à sa fille Olympia, s'était jouée sans elle.

Au deuxième tour, Serena affrontera la Canadienne Eugenie Bouchard, ex-no.5 mondiale aujourd'hui 79e.

Djokovic rejoint Tsonga

Le no.1 mondial Novak Djokovic affrontera Jo-Wilfried Tsonga au deuxième à Melbourne après sa victoire aux dépens de l'Américain Mitchell Krueger, issu des qualifications, en trois manches de 6-3, 6-2, 6-2, pour son entrée en lice.

Djokovic, en quête d'un septième trophée à Melbourne et d'une quinzième couronne en Grand Chelem, a connu un faux départ, brisé à 1-1, avant de réagir immédiatement et de boucler la rencontre en à peine plus de deux heures.

«Je le rencontrais pour la première fois et je ne savais pas à quoi m'attendre», a-t-il déclaré.

Son duel avec Tsonga, ex-no.5 mondial tombé au 177e rang après une saison 2018 gâchée par son genou gauche, rappellera la finale de l'édition 2008 des Internationaux d'Australie, remportée par le Serbe. Il s'agissait alors du tout premier sacre en Grand Chelem de «Djoko».

«J'ai beaucoup de respect pour Jo. J'espère que nous allons de nouveau nous affronter sur ce court prestigieux. Je suis impatient», a projeté le no.1 mondial depuis la Rod Laver Arena.

Depuis qu'il a recouvré ses esprits et sa plénitude physique au début de l'été dernier, peu après avoir renoué avec l'entraîneur de tous ses succès Marian Vajda, après deux ans de galère, Djokovic s'est montré irrésistible ou presque en s'offrant coup sur coup Wimbledon puis à Flushing Meadows.

Zverev en moins de deux heures

Le jeune Allemand Alexander Zverev, chef de file de la nouvelle génération, a franchi le premier tour en moins de deux heures face au Slovène Aljaz Bedene (67e) en trois sets 6-4, 6-1, 6-4.

Vainqueur du Championnat de fin de saison en novembre dernier, le trophée le plus prestigieux de sa jeune carrière, le no.4 mondial n'avait pas encore joué en compétition officielle en 2019. Il a rapidement surmonté un début de rencontre un peu poussif au cours duquel il s'est retrouvé brisé (3-4).

«J'étais un peu négligent, ça a été un bon coup de fouet, j'ai vraiment bien joué après», a déclaré l'Allemand, dont la cheville, tordue il y a quelques jours à l'entraînement, est «toujours un peu douloureuse et enflée».

Zverev sera opposé au deuxième tour au Français Jérémy Chardy

À 21 ans, le grand Sascha (1,98 m) peine à percer en Grand Chelem. Il n'y a atteint qu'une fois les quarts de finale, à Roland-Garros en 2018. À Melbourne, il n'a encore jamais dépassé le troisième tour.

Nishikori sauvé par les crampes de son adversaire

Mené deux sets à zéro, Kei Nishikori n'a trouvé son salut que dans les crampes qui ont assailli son adversaire: le Japonais (no.9) a fini par bénéficier de l'abandon du Polonais Kamil Majchrzak, issu des qualifications, au milieu du cinquième set (3-6, 6-7 (6), 6-0, 6-2, 3-0 ab.) au premier tour.

À 23 ans, Majchrzak disputait le premier match de sa carrière en Grand Chelem, son deuxième seulement sur le circuit principal (hors Coupe Davis). Et le 176e mondial - son meilleur classement - n'avait jusque-là jamais défié de joueur membre du top 50.

Au début de la troisième manche, sous une trentaine de degrés, le Polonais s'est retrouvé presque dans l'impossibilité de jouer, main et jambes tétanisées. Il a fini par renoncer au milieu du cinquième set, abandonnant la victoire à Nishikori après un peu moins de trois heures de match.

«Je peux être content de ne pas avoir perdu aujourd'hui (mardi). Il a joué un tennis incroyable (pendant les deux premiers sets). C'est malheureux que ça se termine comme ça», a reconnu le Japonais de 29 ans.