Crédit : AFP

Tennis

Andy Murray s'incline après un combat de 5 manches

Publié | Mis à jour

Le Britannique Andy Murray, qui dispute ses derniers Internationaux d'Australie après avoir annoncé vendredi sa fin de carrière imminente, terrassé par sa hanche droite, a plié dès le premier tour au bout d'un épatant combat en cinq manches de 6-4, 6-4, 6-7 (5), 6-7 (4), 6-2 et plus de quatre heures face à l'Espagnol Roberto Bautista (23e), lundi à Melbourne.  

Ce match pourrait être le dernier de la carrière de l'ex-no.1 mondial tombé au-delà de la 200e place. L'Écossais de 31 ans, triple lauréat en Grand Chelem, nourrit l'espoir de tenir jusqu'à l'été pour participer une dernière fois à Wimbledon. «C'est l'endroit où j'aimerais arrêter de jouer mais je ne suis pas certain d'en être capable», a-t-il déclaré vendredi en conférence de presse.  

Face au solide Espagnol, tombeur début 2019 du no.1 mondial Novak Djokovic, Murray a été mené deux sets à zéro et a accusé un bris de retard (2-1) dans le troisième avant de prouver qu'à défaut de sa plénitude physique, sa combativité est intacte. Au courage, il a égalisé à deux manches partout, mais a fini par s'écrouler dans la cinquième, non sans sauver une balle de match sur son engagement à 5-2. 

Hommage et émotion 

Impatient de lui rendre hommage, le public de la Melbourne Arena n'a pas attendu la fin de la rencontre et s'est manifesté dès 5 jeux à 1 pour le gratifier d'une émouvante ovation, qui a fait briller les yeux de sa mère Judy en tribunes. 

«C'était incroyable, j'ai adoré joué ici au fil des années, si c'était mon dernier match, c'était une manière extraordinaire de finir, a déclaré l'Écossais la voix gagnée par l'émotion. J'ai donné tout ce que j'avais, il ne me reste rien.» 

Depuis que Murray a achevé 2016 sur le trône du tennis mondial au prix d'efforts considérables, sa hanche droite l'a tourmenté au point qu'il n'a plus été que l'ombre de lui-même. En 2017, il a mis un terme à sa saison après son élimination en quarts de finale de Wimbledon. Opéré en janvier dernier, son absence s'est finalement étirée quasiment à un an, jusqu'à la tournée sur herbe. Mais de nouveau écourtée fin octobre, sa saison 2018 s'est résumée à six tournois. 

En remportant trois trophées en Grand Chelem (Internationaux des États-Unis 2012, Wimbledon 2013 et 2016) et 45 titres au total (dont 15 Masters 1000) en pleine ère des géants Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic, Murray a réussi le tour de force de se faire une place au sein du «Big Four». 

À Wimbledon en 2013, il est devenu le premier Britannique vainqueur du tournoi anglais depuis 77 ans. Puis le premier Britannique no.1 mondial trois ans plus tard. Il est aussi le seul joueur double champion olympique (2012 et 2016). 

Federer en moins de deux heures  

Roger Federer, double tenant du trophée des Initernationaux d'Australie, s'est tranquillement qualifié pour le deuxième tour aux dépens de l'Ouzbek Denis Istomin (99e) 6-3, 6-4, 6-4, lundi à Melbourne.  

Federer, en quête d'une 21e couronne en Grand Chelem et d'un centième titre au total, a délivré une partition sans fausse note, avec 52 coups gagnants, dont 14 as, pour 30 fautes directes.   

Le Suisse de 37 ans sera opposé au Britannique Daniel Evans, issu des qualifications, pour une place au troisième tour.  

Nadal rassure  

Le no.2 mondial Rafael Nadal a rassuré pour son retour en compétition officielle quatre mois après son abandon aux Internationaux des États-Unis : l'Espagnol a écarté l'Australien James Duckworth, bénéficiaire d'une invitation, en trois manches 6-4, 6-3, 7-5 au premier tour des Internationaux d’Australie, lundi à Melbourne.    

Nadal, qui avait déclaré forfait avant le tournoi de Brisbane tout début janvier à cause d'une légère élongation à la cuisse gauche, n'a pas semblé emprunté dans ses déplacements. Au deuxième tour, l'Espagnol aux 17 trophées en Grand Chelem affrontera l'Allemand Jan-Lennard Struff (51e).

«Ce n'est pas facile de revenir après plusieurs mois sans compétition, surtout face à un joueur très agressif sur chaque point, c'est difficile de trouver son rythme. C'est toujours difficile de reprendre après une blessure, je sais de quoi je parle», a déclaré «Rafa» à même le court.    

Les derniers jeux de la partie l'ont montré : en tête 5-3 et au service pour le gain du match, Nadal a vu son adversaire recoller à 5-5 avant de conclure deux jeux plus tard.    

Le Majorquin de 32 ans n'était plus apparu sur le circuit depuis son abandon en demi-finale des Internationaux des États-Unis début septembre, touché au genou droit.    

Il s'était ensuite blessé aux abdominaux fin octobre, avait subi une arthroscopie de la cheville droite en novembre, avant de connaître une alerte à une cuisse début 2019. On l'avait seulement vu lors de deux exhibitions, à Abu Dhabi fin décembre et à Sydney il y a une semaine.   

Isner premier membre du top 10 éliminé  

L'Américain John Isner (10e) est le premier membre du top 10 à être éliminé des Internationaux d'Australie après sa défaite lundi au premier tour face à l'Américain Reilly Opelka (97e) 7-6 (4), 7-6 (6), 6-7 (4), 7-6 (5).   

Opelka, inconnu de 21 ans, est sorti vainqueur de ce duel entre gros serveurs (40 as pour Opelka, 47 pour Isner) et rencontrera l'Italien Thomas Fabbiano (102e) au prochain tour.   

John Isner est lui éliminé au premier tour des Internationaux d'Australie pour la deuxième fois consécutive.   

Par ailleurs Stefanos Tsitsipas (15e), l'un des joueurs les plus prometteurs de sa génération, est devenu le premier Grec de l'histoire à remporter un match aux Internationaux d'Australie après sa victoire face à l'Italien Mario Berretttini (54e) 6-7 (3), 6-4, 6-3, 7-6 (4).   

Monfils, une chute dès le premier jeu et une victoire express  

Gaël Monfils (33e), tombé au cours du premier jeu et soigné à plusieurs reprises, s'est néanmoins qualifié à vitesse grand V pour le deuxième tour des Internationaux d'Australie aux dépens du Bosnien Damir Dzumhur (47e) en trois sets (6-0, 6-4, 6-0), lundi à Melbourne.   

Quand il a chuté au bout seulement du quatrième point de la partie (15-40), personne n'aurait pas parié sur une telle issue. Cheville droite tordue sur une reprise d'appuis en fond de court, Monfils a regagné sa chaise à 40-40 - après avoir sauvé deux balles de bris - et fait appel au physiothérapeute pour se faire masser au niveau des adducteurs, le visage grimaçant.   

Pourtant, après vingt minutes de match et avant une nouvelle intervention médicale pour lui strapper la cuisse, c'est le Français de 32 ans qui mène 3-0, non sans avoir signé quelques fulgurances dont il a le secret.   

De l'autre côté du filet, Dzumhur, lui, a complètement perdu le fil de la partie. Au point de concéder le premier comme le troisième sets sans remporter le moindre jeu. Tout juste a-t-il réussi entre les deux à résister jusqu'à 5-4 dans la seconde manche.   

Monfils, resté moins d'1h30 sur le court, affrontera au deuxième tour l'Américain Fritz Taylor.   

Edmund, demi-finaliste l'an dernier, éliminé par Berdych  

Le Britannique Kyle Edmund (14e), demi-finaliste à Melbourne l'an dernier, a été sèchement éliminé au premier tour des Internationaux d'Australie lundi par l'ex no.4 mondial, le Tchèque Tomas Berdych (57e), 6-3, 6-0, 7-5.   

Tomas Berdych, quart de finaliste l'an dernier et qui a joué la finale du tournoi de Doha la semaine passée, affrontera le Néerlandais Robin Haase (58e) pour une place au troisième tour.   

Par ailleurs, le jeune Russe Karen Kachanov (11e), vainqueur du tournoi de catégorie Masters de Paris-Bercy en novembre, a sorti l'Allemand Peter Gojowczyk (63e) en quatre manches de 3-6, 6-3, 6-4, 6-3 et rencontrera le Japonais Yoshihito Nishioka (69e).