San Jose Sharks v Arizona Coyotes

Crédit : AFP

LNH

Erik Karlsson a trouvé ses repères à San Jose

Publié | Mis à jour

Échangé aux Sharks de San Jose en septembre, Erik Karlsson a eu besoin de temps avant de s’ajuster à son nouvel environnement. Cette période semble bien lointaine, maintenant que le défenseur étoile est redevenu le joueur dominant que les partisans des Sénateurs d’Ottawa aimaient tant.

«Il est tout ce que nous espérions qu’il soit, autant comme joueur que comme personne, a affirmé le directeur général des Sharks, Doug Wilson, au site de la Ligue nationale. Je l’ai beaucoup observé de loin et j’appréciais son jeu, mais de près, il est encore plus spécial.»

Après avoir passé les neuf saisons initiales de sa carrière à Ottawa, Karlsson n’a pas connu le départ espéré à San Jose, se contentant de 15 points en 26 matchs au cours des deux premiers mois de la campagne.

Un des grands défis pour l’arrière suédois a été de se familiariser avec un nouveau style de jeu et de nouveaux coéquipiers.

«Nous avons différentes choses que nous voulons accomplir en zone offensive et nous ne nous concentrons pas sur les mêmes éléments que les Sénateurs», a expliqué l’entraîneur-chef des Sharks, Peter DeBoer.

«Je vois [Karlsson] comme un quart-arrière, a pour sa part dit Wilson. Ses receveurs doivent respecter un certain tracé. Quand tu as une grande intelligence du jeu, tu envoies la rondelle à des endroits où tu crois qu’un joueur devrait être.»

Réveil

Le 1er décembre, Karlsson visitait les Sénateurs pour la première fois. Il a vu son équipe s’incliner par la marque de 6 à 2. Tout a changé par la suite. Il a amassé 26 points en 18 sorties depuis.

«Ce que je fais individuellement n’a plus d’importance pour moi, a-t-il indiqué. Je suis content de faire partie d’une équipe qui joue bien et qui veut toujours s’améliorer. C’est amusant de gagner. C’est tout ce qui compte.»

Cela tombe bien, puisque les Sharks ont affiché un rendement de 15-4-2 en décembre et en janvier.

L’équipe californienne est présentement deuxième dans la section Pacifique, trois petits points derrière les Flames de Calgary.

Au-delà des points

En plus d’avoir été très productif offensivement, Karlsson a aussi tiré son épingle du jeu en zone défensive avec les Sharks.

«Son jeu défensif est aussi impressionnant que son jeu en attaque, a lancé DeBoer. Il couvre bien les angles et il est excellent avec son bâton. Il n’est pas imposant physiquement, mais il est étonnamment fort. Tu le vois dans le coin avec un gars plus gros que lui et il ressort avec la rondelle la majorité du temps.»

Après une pause de deux jours, les Sharks seront de retour en action mardi dans le cadre de la visite des Penguins de Pittsburgh.