LNH

Plus de 400 personnes au Centre Bell pour Samuel Girard

Publié | Mis à jour

Le jeune défenseur de l’Avalanche Samuel Girard est non seulement une figure populaire auprès des amateurs de hockey du Québec en général, il bénéficie aussi d’un véritable contingent de proches et d’admirateurs prêts à faire de longues heures de route pour venir l’encourager au Centre Bell.

Ainsi, ce sont plus de 400 personnes qui encourageront le jeune homme de Roberval, ce soir, lorsque l’Avalanche se mesurera aux Canadiens.

Le décompte va comme suit : environ 250 personnes ont fait la route à partir du Lac Saint-Jean, 60 autres sont invitées par le «fan club» des Cataractes de Shawinigan, son équipe junior, et une autre centaine de personnes de la région de Montréal seront aussi sur place pour assister au match.

Ce matin seulement, une quinzaine de personnes l’attendaient à la sortie de l’entraînement de l’Avalanche.

«C’était ma famille, mes oncles, mes tantes, des amis à moi et mes parents, a-t-il expliqué. Il y a encore beaucoup de monde aujourd'hui pour venir m'encourager et encourager l'Avalanche.»

«L'an passé, il y avait près de 300 personnes qui sont venues, je pense qu'il y avait cinq autobus», a indiqué Jean Martineau, vice-président senior aux communications de l’Avalanche.

Ses coéquipiers Mark Barberio et Nathan MacKinnon sont particulièrement impressionnés.

«L'an passé au Centre Bell, il avait amené tout Roberval avec lui. C'est un bon "kid" qui sort d'une petite place dans le Nord, ils sont vraiment fiers de lui. C'est un bon joueur et un bon "jack" aussi», a souligné Barberio.

«Il vient d'une petite ville dont je n'ai jamais entendu parler, c'est loin d'ici! Je suis sûr que c'est une communauté tissée serré, a renchéri MacKinnon. C'est agréable de voir qu'il a autant de soutien, c'est formidable à voir et je suis bien content pour lui.»

Un match pas comme les autres

«On a quelques Québécois dans l'équipe et à chaque fois qu'on vient ici, c'est spécial pour eux autres», a rappelé Jean Martineau, qui travaille pour l’organisation depuis plus de 20 ans.

«J'ai grandi en regardant cette équipe-là, quand j'étais jeune, je demandais à Noël des billets pour aller voir le Canadien, s’est rappelé Girard. C'est vraiment le fun de pouvoir jouer aujourd'hui contre eux et que mes parents et amis puissent venir me voir»