HKO-HKN-SPO-EDMONTON-OILERS-V-COLORADO-AVALANCHE

Crédit : AFP

LNH

Connor McDavid: le Hart avec ou sans séries?

Publié | Mis à jour

Un vieux cliché dans le monde du sport veut que les meilleurs joueurs doivent être les meilleurs pour permettre à leur équipe de l'emporter. Toutefois, on a rarement vu une équipe dépendre autant de sa supervedette que les Oilers d'Edmonton.

Si la formation albertaine se maintient tant bien que mal dans la course aux séries à l’heure actuelle, c’est en grande partie grâce à Connor McDavid.

Vendredi, Jonathan Willis (The Athletic) a mentionné sur Twitter que McDavid a contribué à 53% des buts de son équipe depuis le début de la saison, un apport inouï. À titre comparatif, Wayne Gretzky n’a jamais terminé une saison avec les Oilers avec un aussi haut taux de participation aux buts de son équipe.

Voir McDavid faire preuve d'une telle efficacité en étant aussi mal entouré portera à la réflexion lorsque viendra le temps de décerner les honneurs individuels à la fin de la saison. Habituellement, un joueur remportant le trophée Hart - remis au joueur le plus utile à son équipe - a réussi à amener son club en séries éliminatoires. Ainsi, McDavid a remporté le championnat des marqueurs et reçu le trophée Ted Lindsay (meilleur joueur selon ses pairs) en 2018, mais il a terminé au cinquième rang du scrutin pour le trophée Hart, car les Oilers ont été exclus des séries, terminant au sixième échelon de la section Pacifique.

Cette année, devrait-on exempter McDavid de ce critère? Si les Oilers ne parviennent pas à se qualifier pour le tournoi printanier, le réputé Elliotte Friedman (Sportsnet) estime qu’il faudra reconsidérer le «bien-fondé de punir McDavid pour ce qui ne lui est pas imputable».

McDavid se dirige vers une troisième saison consécutive d’au moins 100 points, mais par-dessus tout, les Oilers sont une tout autre équipe lorsqu'il n'est pas sur la patinoire.