Canadiens pratique

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens

Hudon déjà de retour sur la passerelle?

Publié | Mis à jour

SAINT LOUIS - Mardi soir, à Détroit, Charles Hudon a revêtu son uniforme pour la première fois en huit rencontres. Il s’agissait seulement de son troisième match depuis le 1er décembre.

Utilisé pendant moins de 10 minutes (8 mins 25s) comme les deux autres membres de la quatrième unité, Hudon a dirigé trois tirs vers le filet des Red Wings. L’un d’entre eux a touché la cible.

Considérant tout ce temps passé sur la passerelle, l’attaquant de 24 ans s’est dit satisfait de sa soirée de travail.

«Mes deux premières présences ont été un peu difficiles, mais plus le match avançait, mieux ça allait», a déclaré Hudon, au terme de l’entraînement tenu au lendemain de cette victoire contre les Red Wings. En deuxième période, on a créé des chances. C’est sûr qu’en troisième, on a eu moins de temps d’utilisation, mais c’est ce qui arrive quand un match est serré.»

En a-t-il fait assez pour mériter de jouer un deuxième match consécutif?

«Tu me poses une question sur des choses que je n’ai pas encore décidé», a répondu Claude Julien, qui n’avait pas manqué de parler du travail de Matthew Peca, quelques instants auparavant.

L’appui des vétérans

Ce n’est jamais garant de rien, mais lors de l’entraînement au Enterprise Center de Saint Louis, le quatrième trio était composé de Kenny Agostino, Peca et Nicolas Deslauriers.

Advenant que ce soit la combinaison choisie par Julien, Deslauriers disputerait son 300e match dans la LNH. Hudon retrouverait Michael Chaput sur la passerelle. Ce dernier n’avait pas affronté les Red Wings, tout comme Deslauriers.

«Je dois saisir mes chances. Hier (mardi), ça a été bon, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. Je reste positif, je regarde en avant et je contrôle ce que je peux contrôler», a indiqué Hudon.

Évidemment, c’est la bonne attitude à adopter. Toutefois, c’est plus facile à dire qu’à faire. L’Almatois ne cache pas que certains jours, la situation est moins rose.

«C’est difficile de se sentir près de l’équipe en étant en dehors de la formation. J’essaie d’être présent le plus possible.»

Il ajoute que, par chance, les vétérans de l’équipe le font sentir comme un membre à part entière de l’équipe.

«J’ai une bonne complicité avec D-Lo (Deslauriers). On se parle beaucoup. Pauly (Byron) m’aide beaucoup. Webby (Weber) et Price aussi. Tous les vétérans amènent leurs points positifs. Parfois, quand tu te fais laisser de côté, personne ne vient te parler. Je suis content qu’ils soient derrière moi», a-t-il souligné.

Sauf que ça n’égale en rien le plaisir de contribuer aux succès de son équipe. Bénéficiant d’une journée de traitements, Shea Weber n’a pas pris part à l’entraînement. Dans sa condition, on peut comprendre qu’il ait obtenu une journée de congé.