Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

LHJMQ

L’Océanic était «dans le derby» Joël Teasdale

Publié | Mis à jour

Contrairement à plusieurs de ses homologues, Serge Beausoleil ne souhaitait pas miser l’ensemble de ses jetons sur la table de jeu lors de la dernière période des transactions dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Puisqu’il visera les grands honneurs l’an prochain, le directeur-gérant et entraîneur-chef de l’Océanic de Rimouski estimait nécessaire de poser des gestes afin d’énergiser son attaque, tout en conservant ses meilleures cartes pour faire tapis en 2019-2020.

«On était dans le derby pour acquérir Joël Teasdale, confirme Beausoleil. Nous n’étions pas prêts à mettre plusieurs choix de première ronde et nos meilleurs joueurs dans le système (dans un échange avec l’Armada de Blainville-Boisbriand). On aurait souhaité avoir les plus gros morceaux du marché, mais dans le contexte actuel, c’était complètement fou. Les équipes les plus en vue n’ont pas de choix jusqu’en cinquième ronde. On ne voulait pas se retrouver dans cette optique-là au cours des trois prochaines années».

Globalement, les arrivées de Jeffrey Durocher, D’Artagnan Joly et Tristan Bérubé auront coûté Mathieu Bizier, l’espoir Nicolas Daigle, une sélection de premier tour en 2020 et un choix de deuxième ronde en 2019, sans compter les retours possibles dans certaines transactions.

Conserver ses munitions

Devant ce constat, Serge Beausoleil possédera un portefeuille relativement bien garni afin de bâtir son équipe championne pour l’an prochain.

«On voulait améliorer notre défensive, mais ça peut se faire à l’interne avec deux bons gardiens et de bons jeunes comme Christopher Innis et Zachary Massicotte, qui ont 17 ans seulement. Rouyn-Noranda, Drummondville et Halifax sont les favoris (pour gagner la Coupe du Président) cette année, mais il arrive tellement de choses en séries éliminatoires. Je ne pense pas que ce soit cousu de fil blanc. Je crois en nos chances, mais il faut que nos joueurs croient en eux. On peut accomplir de belles choses en séries», indique le grand patron de l’Océanic.

Beausoleil prend aussi le pari que son duo de gardiens pourrait lui amener du succès. En 2015, Beausoleil avait cru bon d’acquérir Louis-Philip Guindon pour appuyer Philippe Desrosiers dans sa conquête de la Coupe du Président. Dans ce contexte, Bérubé collaborera avec Colten Ellis pour maximiser les victoires à Rimouski.

«On croit en nos gardiens, mais on ne veut pas tout leur mettre sur les épaules. Cependant, si un des deux failli à la tâche, on a eu du succès avec cette façon de faire», estime-t-il.

En 2019-2020, l'Océanic devrait logiquement être dans la course aux grands honneurs grâce à la présence du prolifique attaquant Alexis Lafrenière.