Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Les Predators ont compris le message!

Publié | Mis à jour

Mécontent de la performance de ses ouailles face aux Red Wings de Detroit vendredi dernier, l’entraîneur-chef des Predators de Nashville, Peter Laviolette, a fait passer son message promptement et il semble bien que l’ensemble de son énoncé ait été compris par les joueurs.

Laviolette avait critiqué publiquement l’effort jugé insatisfaisant de l’équipe après un revers de 4 à 3 en prolongation au Michigan. Or, les «Preds» ont resserré leur jeu, dominant le Canadien de Montréal 4 à 1, samedi, et blanchissant les Maple Leafs de Toronto 4 à 0 deux jours plus tard.

Au moment de se présenter au Centre Bell, la formation du Tennessee éprouvait des ennuis sur les patinoires adverses en vertu d’un piètre dossier de 1-8-3 à ses 12 sorties précédentes à l’étranger. Avec ces deux récents succès, les observateurs souligneront plutôt la présence de Nashville au sommet de la section Centrale en date de mardi.

«Ce fut un très bel effort. Nos deux derniers matchs représentent bien le hockey des "Preds", a commenté au site NHL.com le défenseur P.K. Subban, satisfait des 18 petits tirs concédés aux Leafs, lundi. C’est ainsi qu’on joue lorsque nous sommes à notre meilleur. On rend les choses difficiles à nos adversaires. [...] Durant nos deux victoires, nos bâtons étaient placés au bon endroit, et ce, dans les trois zones. C’est une grande partie de nos succès.»

«Évidemment, nous avons bien fait en défense en accordant peu de lancers. C’est une belle victoire d’équipe, on s’est aidé les uns les autres, a ajouté le gardien Pekka Rinne. Nous étions confrontés à un club dangereux [Toronto], mais en troisième période, on a joué solidement et on s’est défendu de la bonne manière. Nous avons également pu créer plus d’occasions de marquer pour nous-mêmes.»

Continuer

Pour sa part, Laviolette n’attend rien d’autre que des performances plus constantes, peu importe l’identité de la formation rivale. Contre les Leafs, chacun était conscient du danger de commettre des revirements et d’écoper des pénalités inutiles.

«Je pense que le message de nos instructeurs à propos de la méthode de jeu à privilégier était approprié, a-t-il affirmé. Ultimement, c’est aux joueurs d’exécuter comme il le faut. Ils se sont présentés sur la patinoire et ont accompli le boulot contre une équipe effectuant de belles passes. On n’a pas offert trop de chances à leur attaque massive [limitée à un tir en trois avantages numériques].»