SPO-CFL-ALOUETTES VS BLUE BOMBERS WINNIPEG

Alouettes

Johnny Manziel sous la loupe de son DG

Publié | Mis à jour

MONT-TREMBLANT – Lors du bilan de la saison 2018 des Alouettes de Montréal, le directeur général Kavis Reed et l’entraîneur-chef Mike Sherman ont été pointés du doigt pour les insuccès de leur formation. Reed semble avoir compris l’urgence de la situation.

L’homme de football travaille avec acharnement afin de remettre son équipe sur les rails. L’un de ses dossiers prioritaires concerne le quart Johnny Manziel.

«Je le contacte une à deux fois par semaine, a souligné Kavis Reed lors d’un entretien avec "Le Journal de Montréal". Je veux qu’il soit prêt à tous les niveaux lorsqu’il se présentera à Montréal pour la prochaine saison.

«Johnny se sent bien dans sa peau selon ce que je perçois dans nos discussions. Je m’assure qu’il fait ses devoirs que ce soit à l’entraînement ou dans l’analyse des bandes vidéo des équipes adverses. Ce moment est critique dans sa préparation.»

Mike Sherman contacte aussi «Johnny Football» sur une base régulière.

«On fait attention pour ne pas l’inonder d’appels et de lui laisser de l’espace pour respirer, a ajouté Reed. Je sais qu’il lance le ballon sur une base régulière avec des receveurs en Californie.»

Le directeur général des Alouettes parle aussi à tous ses autres quarts afin de prendre des nouvelles sur une base régulière.

Une date importante

Comme on le sait, la date du 1er mars est importante pour Manziel et les Alouettes. La formation doit verser un boni de 75 000 $ à l’ancien produit de l’Université Texas A&M. Pour le moment, ce n’est pas un obstacle pour Reed.

«Ça ne jouera pas un facteur dans notre processus, a-t-il mentionné. Par contre, ce que je peux dire, ce serait surprenant qu’on amorce le camp d’entraînement avec six quarts sous contrat. On aura des décisions à prendre.»

En plus de Manziel, Vernon Adams fils, Jeff Matthew, Antonio Pipkin, Matthew Shiltz et le Québécois Hugo Richard ont également un contrat avec la formation montréalaise.

Une vision ?

Parlant de Richard, sa signature est un bon coup de Reed. Certains observateurs la voient comme un mouvement stratégique de sa part.

Selon certaines rumeurs, il est possible que la Ligue canadienne de football (LCF) décide d’inclure le poste de quart-arrière dans son ratio de joueurs nationaux lors des prochaines négociations de sa nouvelle convention collective avec ses joueurs. Si ce projet est entériné, Reed pourrait avoir été un visionnaire.

«On aimerait développer Hugo comme quart, a indiqué Reed. On lui a aussi parlé de la possibilité qu’il puisse jouer à d’autres positions et il s’est montré très ouvert. C’est un gars qui a de bonnes habiletés physiques et qui est intelligent sur le terrain.»

Dans le passé, plusieurs anciens quarts des rangs universitaires canadiens ont tenté leur chance dans la LCF. Cependant, peu ont eu la chance de se faire valoir au poste où ils avaient connu du succès chez les amateurs. Marc-Olivier Brouillette et Mathieu Bertrand ont été utilisés respectivement comme maraudeur et centre-arrière.

L’entraîneur-chef Mike Sherman brillait par son absence lors des rencontres des entraîneurs-chefs et des directeurs généraux de la LCF. Il n’a pas pu y assister pour des raisons personnelles.