Denis Shapovalov

Photo : Denis Shapovalov Crédit : AFP

Tennis

Denis Shapovalov est fier de Bianca Andreescu

Publié | Mis à jour

Identifié comme l’un des porte-étendards de la relève du tennis canadien, Denis Shapovalov est très heureux des récents succès de sa compatriote Bianca Andreescu, qu’il connaît d’ailleurs très bien.

Le jeune homme de 19 ans est à peine plus âgé que la joueuse de l’heure au pays et il a eu l’occasion de la côtoyer sur les courts. Aussi, il croit que la participation d’Andreescu à la finale du tournoi d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, le week-end passé, est de très bon augure pour les années à venir. Le parcours de l’Ontarienne constitue la preuve que le tennis se porte bien au Canada, d’après le détenteur du 27e rang de l’ATP.

«C’est excellent pour notre sport dans notre pays. [...] Voilà exactement ce qu’il nous faut. On a besoin de plusieurs bons athlètes juniors capables d’éclore, a-t-il mentionné au site britannique Metro. J’ai grandi aux côtés de Bianca et c’est incroyable de la voir performer si bien. C’est une fille très humble qui travaille fort. Je suis réellement fier d’elle et je crois qu’elle continuera ainsi. Elle a un avenir extraordinaire.»

«Il y a eu moi-même, Félix [Auger-Aliassime] et maintenant Bianca. Avec "Genie" [Eugenie Bouchard], Milos [Raonic] et une autre génération qui s’en vient, espérons que beaucoup de jeunes au Canada voudront prendre leur raquette en croyant pouvoir devenir de bons joueurs de tennis», a ajouté Shapovalov, qui a pour sa part plié l’échine au premier tour du tournoi néo-zélandais.

Humble? Effectivement!

Interrogée à propos de sa semaine pour le moins fructueuse à Auckland, Andreescu a dit vouloir poursuivre sa progression au classement de la WTA, tout en gardant la tête froide. La 107e joueuse du circuit allait d’ailleurs tenter d’amorcer les qualifications des Internationaux d’Australie du bon pied en affrontant Katie Swan, de Grande-Bretagne, mercredi.

«Ma confiance étant passablement élevée, je souhaite être capable de transporter mes succès dans les prochains tournois, a-t-elle émis. J’espère pouvoir aller loin aux Internationaux et améliorer mon classement pour m’approcher de mon objectif, soit le top 50 d’ici la fin de l’année.»

«Je me sens bien, je ne mentirai pas. Par contre, j’essaie seulement de demeurer concentrée et humble, tout en utilisant mes atouts à mon avantage.»

Andreescu a notamment vaincu Caroline Wozniacki et Venus Williams, deux anciennes numéros 1 mondiales, à Auckland.