Canadiens

CH : il y aura des transactions

CH : il y aura des transactions

Renaud Lavoie

Publié 08 janvier
Mis à jour 08 janvier

Marc Bergevin avait un gros défi devant lui à la fin de la dernière saison. Il devait s’assurer d’avoir une équipe compétitive cette année, tout en trouvant une façon de bâtir l’avenir de sa concession par le repêchage.

Il s'est assuré d’avoir le maximum de sélections en 2018, soit 11 en juin 2018, et il a présentement 10 pour le prochain encan.

Normalement, ces deux philosophies ne sont pas compatibles. Plusieurs directeurs généraux préfèrent reconstruire rapidement leur formation en sacrifiant des jeunes joueurs ou des choix au repêchage, alors que d’autres se disent qu’il faut terminer au dernier rang pendant deux ou trois saisons avant de pouvoir aspirer aux grands honneurs.

Marc Bergevin travaille donc sur deux fronts, mais ce qui est évident, c’est qu’il ne va pas sacrifier ses espoirs de premier plan pour aller chercher des joueurs de locations.

Traduction: il ne fera pas comme les Blackhawks qui avaient échangé Phillip Danault et un choix de deuxième tour en 2018 (qui est devenu Alexander Romanov, en passant) aux Canadiens contre Dale Weise et Tomas Fleischmann en février 2016.

Deux joueurs de location qui n’ont disputé que quelques rencontres à Chicago et qui ont été éliminés au tour initial des séries face aux Blues de St. Louis.

Il y aura des transactions

Lors de son point de presse de lundi, Marc Bergevin a dit qu’il n’avait aucunement l’intention d’échanger ses jeunes espoirs, ni sacrifier un choix de premier tour, pour des joueurs de locations.

Bien des gens semblent avoir mal interprété ses propos. Il n’a pas dit qu’il n’allait pas tenter d’améliorer son équipe d’ici la date des transactions. Il a simplement dit qu’il n’avait aucunement l’intention d’hypothéquer l’avenir de son équipe pour des solutions à court terme, ce qui est tout à fait logique.

L’objectif de Marc Bergevin ne change pas pour cette saison. Il veut que son équipe participe aux séries et s’il est en mesure d’améliorer sa formation d’ici la date limite des transactions, il le fera.

Mais le prix à payer devra être le bon. Depuis qu’il est en poste, Marc Bergevin a toujours prouvé qu’il était capable d’aller chercher des aubaines intéressantes à la date limite des transactions.

Je pense à Steve Ott, Torrey Mitchell, Mike Weaver et Thomas Vanek par exemple.

C'est à suivre.