Canadiens

Arbitrage: Claude Julien crie à l'injustice

Publié | Mis à jour

La défaite n’est certes pas aussi cuisante que celle de 7 à 1 subie par le Canadien à St. Paul le 11 décembre dernier, mais c’est quand même un autre revers, un neuvième de suite contre le Wild.

Tout en reconnaissant l’erreur impardonnable de Jeff Petry qui a coûté le match à son équipe, Claude Julien n’a pas ménagé les deux arbitres quand il est venu s’adresser aux journalistes après la rencontre.

Voyez son point de presse dans la vidéo ci-dessus. 

«Je pense que ce fut un match assez égal où on a eu nos chances de marquer, a dit l’entraîneur en chef du Canadien, d’entrée de jeu. Mais les matchs sont trop serrés pour commettre autant d’erreurs non forcées. Et ça ne s’est pas produit uniquement contre le Wild.

«Maintenant, je crois que les arbitres ont été intolérants à notre endroit, ce qui n’a pas été le cas de l’autre côté. Et honnêtement, je ne comprends pas.»

Deux exemples

Julien a cité deux exemples précis.

D’abord celui de Mike Reilly puni pour avoir gêné le gardien et surtout la... non-pénalité imposée à Greg Pateryn.

«Pour moi, Reilly ne méritait pas d’être puni sur le jeu, a soutenu Julien. Quant à Domi, il a été victime d’un coup de coude au visage. On aurait dû alors profiter d’un avantage numérique avec moins de cinq minutes à faire.»

L’attaquant du Canadien a répliqué et s’est lui-même retrouvé au cachot.

«J’aurais fait la même chose, a dit Julien. Je me serais défendu. Ce genre de coup n’est pas permis. Il pouvait risquer une commotion. Mais les deux arbitres en ont décidé autrement.»

Incidemment, les arbitres en question, Justin Saint-Pierre et Eric Furlatt, sont tous deux originaires du Québec...