Ryan Poehling

Photo : Ryan Poehling Crédit : AFP

Canadiens

Les espoirs des Canadiens ont brillé au Mondial

Publié | Mis à jour

Des sept espoirs du Canadien qui ont participé au Championnat du monde junior, quatre rentrent à la maison avec une médaille au cou. Les prochaines vedettes du CH ont rarement autant brillé sur la scène internationale.

Du lot, l’attaquant américain Ryan Poehling et le défenseur russe Alexander Romanov ont grandement impressionné.

Poehling a reçu deux honneurs individuels à la fin de la finale, samedi. Le choix de premier tour en 2017 a été élu meilleur attaquant du tournoi en plus de mériter le titre de joueur par excellence.

Ses cinq buts et huit points en sept matchs l’ont placé à égalité au deuxième rang des meilleurs marqueurs. Mais ce n’était évidemment pas l’argent qu’il désirait gagner.

«C’est frustrant. Nous avons échappé ce match. Le hockey est un jeu d’erreurs, a exprimé l’attaquant de 19 ans, les yeux rougis, après la défaite de 3 à 2 face à la Finlande. Nous avons démontré beaucoup de cœur dans ce tournoi. Nous avons accompli de grandes choses. C’est une défaite dure à accepter, elle pince. Même si j’ai bien joué, ça importe peu.»

Tout au long du championnat, Poehling s’est attiré les éloges de son entraîneur Mike Hastings.

Primeau en renfort

Cayden Primeau, qui n’était pas le gardien partant au premier match des États-Unis, a saisi sa chance quand l’instructeur l’a envoyé dans la mêlée. Il a conservé une moyenne de but alloué de 1,61 et un taux d’efficacité de ,936 à ses cinq sorties.

Repêché au septième tour en 2017, Primeau a fait des pas de géant dans les derniers mois chez les Huskies de l’Université Northeastern dans la NCAA. Il a mis cette expérience au profit de son équipe nationale en brillant par son calme et sa prestance.

«Je voulais être devant le filet pour faire gagner mon équipe. Je savais que ce serait une rude bataille à l’interne avec Kyle Keyser, a mentionné le portier de 19 ans. Ça n’a pas été facile. Évidemment, ce n’est pas le résultat qu’on espérait, mais avec du recul, nous verrons ce que nous avons accompli. Il faut être fier de cette médaille d’argent.»

Talentueux Ylonen

Chez les Finlandais, après le match quart de finale face au Canada, l’entraîneur-chef Jussi Ahokas a indiqué qu’il s’attendait à plus de la part de son talentueux attaquant Jesse Ylonen.

En marquant son troisième but de la compétition en finale, le choix de deuxième tour s’est démarqué. L’athlète doué a terminé avec une récolte de six points.

«Nous n’avons jamais arrêté d’y croire. La victoire contre le Canada en match préparatoire nous a donné beaucoup de confiance. Et celle en quart de finale a été le tournant. Je sais que je suis capable de faire mieux, mais je suis vraiment fier de ce que j’ai accompli dans ce tournoi», a souligné Ylonen avec sa médaille d’or sur la poitrine, samedi.

Romanov au sommet

Véritable révélation à la ligne bleue, Romanov a été proclamé le meilleur défenseur de l’événement en plus d’être sélectionné au sein de l’équipe d’étoiles.

Brillant offensivement et capable de protéger son territoire avec efficacité et hargne, il n’a pas fini d’en mettre plein la vue. Selon ses dires, il doit encore s’améliorer.

Cette performance sur la scène mondiale a fait mentir ceux qui remettaient en question le choix «trop hâtif» de Trevor Timmins l’été dernier, au deuxième tour.

Avec huit points, il a dominé cette colonne chez les défenseurs en plus de prendre le deuxième rang des pointeurs, à égalité. Il a dominé avec un différentiel de +12.

«C’est drôle, car quand le Canadien m’a sélectionné, tout le monde se demandait : “Pourquoi lui ?”, a-t-il rappelé fièrement après avoir gagné le bronze, samedi. J’étais un inconnu. Quand on joue bien, les gens changent rapidement d’opinion.»

Romanov ne sait pas s’il se présentera au prochain camp de développement du CH. Tout dépendant de sa situation contractuelle avec le CSKA de Moscou, dans la KHL.

Fin abrupte pour Suzuki et Brook

Nick Suzuki et Josh Brook ont connu une fin de tournoi brutale.

Si Suzuki a impressionné par sa rapidité et ses passes magiques, Brook a évité les grosses gaffes en zone défensive.

Efficace, le défenseur a terminé avec une récolte de deux aides et présenté un différentiel de +7.

Son coéquipier à l’attaque n’a pas touché la cible, mais a amassé trois aides au sein d’un trio qui a connu des ennuis lors des gros matchs.

L'invisible Olofsson

Quant à l’attaquant suédois Jacob Olofsson, espoir de deuxième tour au dernier repêchage, il a été invisible avec la formation de la Triple Couronne.

Son entraîneur l’a même placé à la défense lors du dernier match préliminaire quand cinq joueurs étaient absents en raison d’un virus.