Anaheim Ducks v Washington Capitals

Crédit : AFP

LNH

Les Ducks connaissent la plus mauvaise séquence de leur histoire

Publié | Mis à jour

Les joueurs des Ducks d’Anaheim ne savent plus à quel saint se vouer après avoir encaissé un huitième revers consécutif, dimanche soir, et l’atmosphère n’est certes pas des plus agréables à l’intérieur du vestiaire.

En s’inclinant 4 à 0 devant les Oilers d’Edmonton, la formation californienne a égalé la plus longue disette de son histoire; elle avait également perdu huit fois d’affilée en octobre 1996 et en novembre 2005. Néanmoins, les Canards n’ont pas l’intention de se laisser abattre.

«Quand vous êtes en mode frustration et que vous travaillez sans cesse, la chose au monde la plus difficile à accepter est de ne pas obtenir de résultats, a commenté le capitaine de l’équipe, Ryan Getzlaf, au site NHL.com. C’est ainsi qu’on se sent actuellement. On s’efforce de tenter de créer des occasions de marquer et pendant ce temps, l’adversaire profite de sa seule chance. Nous devons oublier cela et franchir cet obstacle.»

«S’il n’y a qu’un aspect à régler, c’est beaucoup plus facile à résoudre. Je pense que c’est une question de se remettre sur pied, de prendre du rythme et de jouer de la bonne façon à chaque séquence, a-t-il poursuivi. Dans certaines petites facettes du jeu, on commet les mêmes erreurs sans cesse, tout le temps. Et quand ce genre de faute revient continuellement, ça vous fait mal.»

Demeurer patient

Sans le dire ouvertement, l’entraîneur-chef Randy Carlyle croit que ses hommes doivent miser davantage sur la patience, même lorsque la chance semble jouer contre eux. Face aux Oilers, les Ducks ont décoché les quatre premiers tirs de la rencontre et totalisé 39 lancers au cours de la soirée, mais cela n’a pas empêché Edmonton d’inscrire trois filets sans riposte durant la période initiale.

«Nous avons eu plusieurs opportunités devant leur filet, c’est certain. Notre temps de possession de la rondelle a été important, a-t-il dit. Tout ce que les Oilers ont fait, c’est d’attendre leur chance. Ils ont compté le premier but et se sont repliés pour réaliser des contre-attaques à la suite de nos percées. Ils ont accompli du bon boulot sur ce plan.»