Canadiens

Le Canadien pas très «Wild»

Publié | Mis à jour

Le Canadien souhaitait profiter de ce passage du Wild du Minnesota pour venger sa gênante défaite du 11 décembre et pour réapparaître dans le portrait des séries. Malgré une performance honnête, il a échoué.

Comme c’est souvent le cas dans un match disputé de façon aussi hermétique que celui de lundi soir au Centre Bell, un faux pas a fait la différence. Mikael Granlund a profité d’une bévue de Jeff Petry pour inscrire le seul but du match.

«Une erreur bête et stupide de ma part. J’aurais dû utiliser la bande pour dégager le territoire. C’est désolant de voir que ce revirement nous a coûté le match», a expliqué le défenseur du Canadien, repentant de retour au vestiaire.

Comme on approchait déjà de la mi-parcours en troisième période, la marge de manœuvre du Canadien était mince contre le Wild qui, dès lors, s’est appliqué à protéger cette mince avance.

Résultat des courses, le Tricolore s’est incliné 1 à 0, subissant du même coup un neuvième revers d’affilée en temps réglementaire contre la formation du Minnesota.

«C’est décevant de perdre deux matchs de suite à domicile. Nous sommes dans une situation où il faut absolument trouver une façon d’accumuler des points, a lancé Brendan Gallagher. Autour de nous, toutes les équipes semblent gagner. Il faut mettre un terme à cette courte séquence, car on perd du terrain.»

Weber quitte le match

Le Canadien pourrait avoir subi une lourde perte. En première période, Shea Weber a été atteint au visage par un tir de Mikael Granlund qu’il a lui-même fait dévier. Même s’il semblait quelque peu sonné et qu’il affichait une bonne coupure à la joue gauche, le colosse a terminé le premier vingt.

Ce furent toutefois ses derniers moments. Il n’était pas sur le banc au retour du vestiaire.

«Les résultats sont positifs (Weber ne souffre pas d’une fracture) et il a obtenu la permission de faire le voyage à Detroit. Les nouvelles sont donc encourageantes», a indiqué Claude Julien, se contentant de présumer que son défenseur serait en uniforme, mardi soir à Detroit.

Cette blessure n’est pas sans rappeler celle qu’a subie Noah Juulsen plus tôt cette saison. Idem du côté de Cam Fowler, blessé sur une séquence en tous points semblable, le 12 novembre, face aux Predators de Nashville.

Le défenseur des Ducks d’Anaheim vient tout juste de revenir au jeu après une absence de 23 matchs. Après avoir raté 11 mois d’activité, dont les 24 premiers matchs de la présente saison, Weber aurait vraiment joué de malchance s’il avait fallu que la situation soit aussi grave que celle de Fowler.

Les joueurs du Canadien peuvent donc pousser un soupir de soulagement. Particulièrement Carey Price, dont la présence de Weber se veut rassurante à quelques pas de lui.

«Il fait du bon boulot en dégageant le devant du filet, donc quand il n’est pas là, la circulation est un peu plus dense», a reconnu le gardien du Canadien.

Messages de Julien

En matinée, Julien avait expliqué la cuisante défaite du 11 décembre par l’inefficacité des unités spéciales. Cette fois, les Montréalais ne s’en sont pas trop mal tiré. Ils ont blanchi l’attaque massive du Wild à leurs trois présences. Ils sont maintenant parfaits lors des 10 dernières occasions.

Pour sa part, l’attaque massive a été tenue à carreau pour un quatrième match de suite (0-9). Toutefois, la pression appliquée par la deuxième unité du Canadien en milieu de première période lui a permis de revenir dans un match jusque-là dominé par les visiteurs. Mais il faut des buts.

D’ailleurs, Carey Price a sauvé ce début en réalisant quatre arrêts coup sur coup dans les premières minutes du match.

Julien avait également profité de son point de presse matinal pour intimer Jonathan Drouin et Max Domi de se reprendre en main. Accompagnés de Joel Armia, les deux attaquants ont compris le message, surtout Domi qui a joué avec fougue et détermination.

Cette agressivité aurait pu lui jouer un vilain tour en fin de match. Après avoir reçu un coup de coude au visage de la part de Greg Pateryn, Domi a cherché vengeance. À sa défense, l’arbitre, qui a finalement chassé les deux joueurs, a dormi au gaz en ne décernant pas de punition au défenseur du Wild sur la séquence initiale.