Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Des éloges pour Jordie Benn

Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

La semaine dernière, Claude Julien avait louangé Jordie Benn en disant qu’il ne fallait pas écarter la possibilité de le voir obtenir une autre chance d’évoluer avec Shea Weber. Une affirmation qui en avait laissé plusieurs incrédules.

L’entraîneur-chef des Canadiens n’en est pas encore rendu à séparer Weber et le jeune Victor Mete, partenaires de jeu depuis le retour du jeune de la Ligue américaine. Toutefois, l’arrière à la grosse barbe rousse lui donne des arguments intéressants si un changement venait à s’imposer.

«Même s’il se trouve présentement au sein du troisième duo, ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas faire partie de nos quatre premiers défenseurs, a expliqué Julien. Son jeu s’améliore parce qu’il joue beaucoup mieux. Il vient un temps au cours d’une saison où un joueur connaît ses meilleurs moments. C’est là qu’il se trouve présentement.»

Depuis qu’il a été laissé de côté face aux Bruins, le 17 décembre, le numéro 8 est beaucoup plus solide. Une fiabilité qui se traduit par un temps de jeu majoré.

Au cours des sept rencontres après cette visite sur la passerelle, Benn a été utilisé en moyenne 17 min 42 s. Auparavant, depuis le retour de Weber, il ne sautait sur la glace que 15 minutes par soir.

«Il fait des jeux intelligents. Il bloque des tirs devant moi. C’est mon genre de joueur», a même lancé Carey Price, jeudi soir, après son blanchissage face aux Canucks de Vancouver.

Normal que Price l’ait remarqué. Benn domine la colonne des tirs bloqués chez les Canadiens avec 68. D’ailleurs, ce soir-là, il en a bloqué un provenant du bâton d’Alexander Edler qui n’a pas semblé lui faire trop de bien.

«Disons que ç’a pincé un peu. On porte un équipement dans le but de se protéger lorsqu’on se lance devant des tirs. Pourtant, on dirait que la rondelle ne le frappe jamais», avait-il raconté, sarcastique.

Le courant passe

Ce soir-là, Benn avait fait bouger les cordages pour la deuxième fois en trois matchs, récoltant du même coup un quatrième point au cours de la même séquence.

«Jordie est dans la ligue depuis longtemps. Il lit le jeu tellement bien. Maintenant, voilà qu’il trouve la façon d’envoyer des rondelles dans le filet», a mentionné vendredi Brett Kulak, à la veille d’affronter les Predators de Nashville.

Le retour du capitaine du CH a ramené tout le monde dans sa bonne chaise. Ce qui fait que, depuis quelques parties, Benn forme la paire avec Kulak. Même si c’est loin d’être parfait, le courant semble bien passer entre les deux.

«Ça va très bien avec Brett. Il est l’un de ces jeunes défenseurs solides. Il parle beaucoup, ce qui me convient parfaitement», a souligné Benn.

«On se complète. On a une bonne communication. Quand je suis dos à l’action, il me dit ce qui s’en vient», a reconnu son compagnon de jeu.