FBN-SPO-CLEVELAND-BROWNS-V-BALTIMORE-RAVENS

Crédit : AFP

NFL

10 histoires à surveiller en première ronde des séries de la NFL

Publié | Mis à jour

Ça y est! Après quatre mois à batailler ferme pour l’obtention d’une place en séries, les 12 équipes qui ont mérité ce privilège sont maintenant prêtes à en découdre.

Pas moins de sept des 12 formations élues n’étaient pas du grand bal de janvier l’an dernier et entendent s’imposer, tandis que les Eagles de Philadelphie sont de retour pour une défense de titre qui s’annonce ardue. La route vers le 53e Super Bowl, le 3 février, à Atlanta, débute samedi et dimanche avec quatre duels éliminatoires qui promettent leur lot de rebondissements. «Le Journal de Québec» vous propose de plonger dans le bain avec 10 histoires à surveiller.

1. De la revanche dans l’air

Le premier tour débute avec des duels opposant les Colts aux Texans (samedi, 16 h 35), les Seahawks aux Cowboys (samedi, 20 h 15), les Chargers aux Ravens (dimanche, 13 h 05) et les Eagles aux Bears (dimanche, 16 h 40). Les trois premiers affrontements mettent donc en vedette des adversaires qui ont déjà croisé le fer cette saison. Texans et Colts sont des rivaux de division qui se connaissent bien en se voyant deux fois par saison. Cet automne, ils ont divisé les honneurs et neuf de leurs 11 derniers duels ont été décidés par une possession ou moins. Les Cowboys ont perdu 24-13 plus tôt cette saison face aux Seahawks, un scénario qui s’est produit à leurs trois derniers duels, depuis 2015. Les Ravens ont quant à eux fait suffoquer l’attaque des Chargers dans un gain de 22-10 juste avant Noël.

2. Quelques revenants dans le portrait

Parmi les sept nouvelles équipes qualifiées qui n’étaient pas des séries l’an dernier, certaines ont eu à patienter bien plus longtemps pour savourer une présence en matchs éliminatoires. Les Bears viennent en tête de liste avec une première présence en séries depuis 2010 et quatre années de suite en dernière place de leur division. Les Chargers ont aussi connu la sécheresse avec une seule présence (en 2013) lors des huit saisons précédentes. Pour les Colts et les Ravens, l’attente aura été moins longue, mais on parle tout de même de trois saisons de suite loin des séries. Lors des 29 dernières saisons, au moins quatre équipes qui n’étaient pas des séries l’année précédente se sont qualifiées la saison suivante.

3. L’avantage du terrain

Pour le premier tour, deux des quatre équipes locales (Ravens et Bears) sont établies comme favorites par les preneurs aux livres. L’an dernier, deux des quatre équipes hôtesses étaient tombées au combat dès le match initial. D’ailleurs, les dernières années ont démontré que l’avantage du terrain n’est pas si marqué au premier tour. Depuis 2002, la fiche collective des équipes locales s’établit à 36-28, rien de trop convaincant. De 1990 à 2001, les équipes locales ont présenté un dossier reluisant de 35-13.

4. Retour sur le « Fog Bowl »

Les Eagles et les Bears se rencontreront pour une quatrième fois en séries. L’un des trois premiers duels entre les deux équipes avait marqué l’imaginaire des amateurs. Il y a 30 ans, le 31 décembre 1988 à Chicago, les deux opposants se retrouvaient littéralement sous la brume, dans un match qui a été baptisé le « Fog Bowl ». Dans une visibilité nulle, les Bears l’avaient emporté 20-12. Les Eagles avaient vengé cet échec, le 19 janvier 2002, lors du dernier match de séries entre les deux clans.

5. Le phénomène Lamar Jackson

Le quart-arrière recrue des Ravens, Lamar Jackson, a effectué une entrée fracassante dans la NFL avec une fiche de 6-1 cette saison. Jackson deviendra le premier quart-arrière dans l’histoire à amorcer un match de séries avant ses 22 ans. Avant lui, le plus jeune avait été Bernie Kosar, à 22 ans et 40 jours, quand ses Browns avaient affronté les Dolphins en janvier 1986. Le plus jeune quart à avoir remporté un match éliminatoire est Michael Vick, qui avait 22 ans et 192 jours quand les Falcons ont battu les Packers en janvier 2003.

6. Les derniers seront les premiers ?

Mieux vaut tard que jamais pour décrocher son billet pour les séries. Et parfois même, mieux vaut tard que tôt... Cette année, trois équipes (Colts, Ravens et Eagles) ont dû patienter jusqu’au dernier jour de la saison pour assurer leur place en séries. Il ne faut surtout pas croire qu’ils ont moins de chances que les autres de faire un bout de chemin. En effet, lors des quatre saisons précédentes, neuf équipes ont vécu ce scénario et six d’entre elles ont remporté au moins un match éliminatoire. Au moins un finaliste dans six des 13 derniers Super Bowl a pris part à un match au premier tour.

7. Face aux clubs de séries

Une façon intéressante de savoir quelles équipes qualifiées ont fait le mieux face à une réelle opposition est d’observer leur fiche contre les autres équipes qui sont aussi des séries. Parmi les équipes actives ce week-end, seuls les Bears ont montré une fiche gagnante (2-1) lorsqu’ils ont affronté des clubs qui sont des présentes séries. Les Cowboys (3-3) et Eagles (3-3) ont présenté un dossier neutre, tandis que les Chargers (2-3), Colts (2-3), Ravens (1-2), Seahawks (2-4) et Texans (2-3) ont terminé avec une fiche déficitaire. Parmi les équipes qui profitent d’un congé, les Patriots (4-0) et Saints (3-1) ont été les plus performantes à ce chapitre.

8. Défensives voraces

Le vieil adage dit que les défensives gagnent des championnats. Ça reste à voir cette saison, mais si c’est le cas, plusieurs des équipes en lice sont bien positionnées. Les Bears (17,7) et Ravens (17,9) sont les deux équipes qui ont accordé le moins de points par match cette saison. Les Texans (19,8) viennent au quatrième rang, tandis que les Cowboys (20,2) occupent le sixième rang. Les Chargers (8es), Colts (10es), Seahawks (11es) et Eagles (12es) ont aussi bien figuré dans cette importante catégorie statistique en défensive. Notons que dans trois des quatre dernières saisons, la défensive numéro un en termes de points accordés a pris part au Super Bowl.

9. Prendre soin du ballon

On répète souvent que la bataille des revirements s’avère un élément clé dans les grands matchs. Cette saison, trois des équipes qui seront en action lors du premier tour ont fait honneur à cette croyance. Les Seahawks, Texans et Bears ont présenté les meilleurs différentiels de revirements dans la NFL à +15, +13 et +12, respectivement. Les Seahawks sont ceux qui ont le plus jalousement protégé le ballon en étant victimes de seulement 11 revirements. La défensive des Bears est, de loin, celle qui a été la plus opportuniste avec 36 revirements causés, dont 27 interceptions, mais l’attaque a cafouillé avec 24 revirements contre elle. Parmi les équipes qui sont peu exemplaires en termes de revirements, les Eagles viennent au 25e rang avec un différentiel de -6 et les Ravens sont 22es à -3.

10. Une affaire de famille

Quoi de mieux qu’une bonne réunion de famille pour amorcer les séries ? D’un côté de la ligne, chez les Bears, le garde Kyle Long. À quelques pas de l’autre côté, son frangin Chris Long, ailier défensif des Eagles. C’est sans compter que le paternel, Howie Long, ancienne gloire des Raiders, fêtera ses 59 ans. Ça risque de brasser dans la cabane ! Dans ce même duel, Doug Pederson, entraîneur-chef des Eagles, et son vis-à-vis Matt Nagy, avec les Bears, se retrouveront. Ceux-ci ont besogné ensemble à titre d’assistants d’Andy Reid, de 2009 à 2012 à Philadelphie, puis de 2013 à 2015 à Kansas City. Quant au match entre Seahawks et Cowboys, deux vieux compères se retrouveront aussi. Ken Norton Jr, qui dirige la défensive des Seahawks a travaillé pendant cinq ans avec Kris Richard, actuellement entraîneur des demis défensifs des Cowboys. En janvier dernier, les Seahawks viraient Richard à titre de coordonnateur défensif pour embaucher Norton... lui-même un ancien secondeur des Cowboys!