Rouyn-Noranda Huskies v Blainville-Boisbriand Armada

Crédit : AFP

LHJMQ

«Nous avons l’équipe pour aller jusqu’au bout» -Peter Abbandonato

Publié | Mis à jour

La saison 2015-2016 avait été sensationnelle pour les Huskies de Rouyn-Noranda.

L’équipe avait remporté la Coupe du Président puis s’était envolée vers Red Deer, où se tenait le tournoi de la Coupe Memorial.

Un superbe parcours en Alberta avait mené les Huskies en grande finale de la compétition, mais un but des Knights de London marqué en prolongation avait anéanti les espoirs de triomphe de la formation de l’Abitibi-Témiscamingue.

La défaite fut assurément dure à avaler, mais les années ont passé et à peine trois ans plus tard, Rouyn-Noranda trône au premier rang du circuit Courteau et plusieurs sont d’avis que les hommes de Mario Pouliot pourraient fort bien, en mai prochain, faire de nouveau partie du quatuor qui tentera de soulever la prestigieuse Coupe Memorial.

Et ce n’est sûrement pas Peter Abbandonato qui remettra cette hypothèse en question...

Douloureux souvenirs

L’attaquant de 20 ans faisait partie de la formation qui, en 2016, s’est inclinée lors du match contre London. Il disputait sa première saison dans le circuit.

«Nous étions tellement passés près de remporter la Coupe Memorial. C’est sûr que ça ne s’oublie pas.»

L’organisation des Huskies s’est toutefois forgé la réputation de bien placer ses pions au fil des années et la minutie avec laquelle les dirigeants repêchent les futurs éléments du club  ainsi que les différentes décisions prises  lors des moments importants font en sorte que Rouyn-Noranda se maintient presque chaque année dans la première portion du classement.

Ça explique en grande partie pourquoi Abbandonato pourrait, pour une deuxième fois et avec la même équipe, tenter cette année de mettre la main sur le trophée le plus prisé du hockey junior canadien.

«J’y crois, honnêtement! Nous avons un groupe tellement soudé. Et avec les ajouts faits lors de la période des transactions, nous avons hors de tout doute l’équipe pour nous rendre jusqu’au bout.»

Rouyn-Noranda Huskies v Blainville-Boisbriand Armada
Crédit photo : AFP

Ajouts pas piqués des vers

Et parlons-en, de ces acquisitions! Car elles sont loin d’être banales.

D’abord, Noah Dobson, un défenseur de 18 ans sélectionné en première ronde (12e au total) par les Islanders de New York, s’amènera sous peu à Rouyn-Noranda. Il doit revenir prochainement de Vancouver où il défendait les couleur de l’équipe canadienne au Championnat mondial de hockey junior.

Crédit photo : RICK ELVIN/AGENCE QMI

Et Peter Abandonnato ne tarit pas d’éloges envers son futur coéquipier.

«C’est un défenseur qui va assurément jouer plus de 30 minutes par match chez nous. Il est extrêmement difficile à affronter. Je suis content de l’avoir de notre côté, maintenant! Il va améliorer notre équipe autant offensivement que défensivement. C’est vraiment une grosse prise pour nous.»

Les Huskies ont également acquis Louis-Filip Côté des Remparts de Québec. Et à en croire Abbandonato, l’arrivée de l’attaquant de 19 ans n’est pas à prendre à la légère.

«Il apporte vitesse et profondeur à une attaque déjà très bien nantie. Nos 4 trios sont maintenant dangereux.»

Et les Voltigeurs, eux?

Mais les Huskies ne sont pas la seule équipe dont l’attirail a de quoi épater. Les Voltigeurs de Drummundville, qui comptaient déjà sur les attaquants étoiles Joe Veleno et Maxime Comtois, ont récemment acquis la sélection de premier tour des Coyotes de l’Arizona en 2017; le défenseur Pierre-Olivier Joseph.

Crédit photo : John Morris / Agence QMI

La formation du Centre-du-Québec a également mis la main sur les droits de l’attaquant Shane Bowers, un choix de première ronde des Sénateurs d’Ottawa l’an dernier. Bowers n’a jamais voulu disputer un match dans la LHJMQ, préférant évoluer avec Boston University dans la NCAA.

Il pourrait toutefois accepter de se rapporter aux Voltigeurs à son retour du Mondial junior.

Si Abbandonato croit que les Huskies peuvent aspirer aux grands honneurs, c’est donc qu’il est d’avis que son équipe a ce qu’il faut pour vaincre Drummundville dans une série 4 de 7?

«Je suis effectivement de cet avis. Les Voltigeurs forment une bonne équipe. Nous avons deux formations semblables, en fait. Mais c’est le groupe qui sera le mieux préparé et qui sera le plus enclin à se sacrifier qui l’emportera.»

Bien sûr, la présence des Huskies et des Voltigeurs en grande finale est loin d’être assurée et d’autres équipes pourraient bien venir jouer les trouble-fêtes, mais avouez que plusieurs éléments laissent croire qu’un tel affrontement est de plus en plus plausible...

En route vers le championnat des marqueurs

En jeune homme humble qu’il est, Peter Abbandonato n’est pas du genre à vouloir vanter ses mérites. Mais si Rouyn-Noranda occupe le premier rang du classement général en date d’aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à ses exploits offensifs.

Le rapide #22 est présentement le meilleur marqueur de la LHJMQ. Il présente une fiche de 64 points... en 38 matchs! À titre comparatif, il avait conclu la saison dernière fort d’une récolte de 75 points en 68 matchs.

Rouyn-Noranda Huskies v Blainville-Boisbriand Armada
Crédit photo : AFP

Quel est donc le secret derrière cette explosion offensive?

«L’arrivée de Mario Pouliot à la tête de l’équipe m’a été bénéfique. Il m’a aidé à corriger plusieurs facettes de mon jeu. J’ai aussi une très bonne chimie avec Alex Beaucage, qui évolue sur mon trio. Mais honnêtement, je ne sais pas comment expliquer ma production. Je prends les matchs un tir à la fois et une passe à fois. Je veux juste que cela se poursuive.»

«Mario (Pouliot) m’a rencontré à son arrivée cet été. Il m’a clairement mentionné qu’il avait de grandes attentes envers moi. Il voulait que j’assume un rôle important sur le plan offensif.»

Et l’an prochain?

Peter Abbandonato n’a jamais été repêché. Avec une saison comme celle qu’il connaît actuellement, quelles sont ses attentes en vue de l’an prochain, alors qu’il aura terminé son stage junior?

«Je veux jouer professionnel en Amérique du Nord.», répond-il sans détour.

Pourrait-il attirer l’attention de l’organisation du Lightning de Tampa Bay, réputée pour aimer donner une chance aux Québécois de se faire valoir?

Après tout, son ancien entraîneur chez les Huskies, Gilles Bouchard, occupe présentement un poste d’adjoint chez le Crunch de Syracuse, club-école de la formation floridienne.

Alors... 64 points en 38 matchs... À qui la chance?