Canadiens c Stars

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens

Alexander Radulov: «Je n’ai rien contre Bergevin»

Publié | Mis à jour

À sa dernière visite à Montréal, Alexander Radulov avait refusé de s’entretenir avec les journalistes. Après la victoire de 4 à 1 des Stars de Dallas contre le Canadien le 30 octobre dernier, il avait refusé une entrevue en disant une toute petite phrase: «parlez à Bergevin.»

Exactement deux mois plus tard, Radulov avait retrouvé son calme. C’était possible de revoir son sourire édenté.

À sa sortie d’un entraînement au Dr Pepper StarCenter de Frisco, le Russe a d’abord dit qu’il ne parlerait pas aux journalistes puisqu’il l’avait fait la veille. Mais, quand il a reconnu deux visages montréalais (Pat Hickey du journal «The Gazette» et l’auteur de ces lignes), il a rapidement changé d’idée, acceptant de discuter de différents sujets.

«Non, il n’y a pas d’amertume ou de frustration contre le Canadien ou contre Bergevin, a raconté Radulov. C’est juste que les journalistes reviennent toujours sur ce sujet. Ça fait maintenant deux ans. Je n’ai rien contre Berg, j’ai tourné la page. Mais vous me parlez toujours de lui, c’est tout.»

Voisin de casier de Radulov dans le vestiaire des Stars, Jason Spezza détachait ses patins pendant que le numéro 47 offrait cette réponse. Spezza ne pouvait s’empêcher de rire en l’écoutant parler.

«Quand tu jouais à Montréal, tu étais encore jeune, a-t-il lancé en se moquant de lui. Maintenant, nous voyons un "Radu" plus mature !»

La routine...

À la veille de la visite de son ancienne équipe à Dallas, Radulov a sorti le cliché d’un match comme les autres.

«Oui, nous jouons contre le Canadien, mais ce ne sera pas spécial comme l’an dernier, a-t-il mentionné. J’ai déjà joué trois fois contre Montréal depuis mon départ. Ils ont une bonne équipe, cette saison, et je suis heureux pour eux. Je ne suis pas surpris de voir le Canadien connaître du succès. Ils ont de bons joueurs, ils sont jeunes et ils sont rapides.»

En trois matchs face au CH depuis qu’il porte les couleurs des Stars, le Russe de 32 ans a obtenu un but et deux aides, tout en présentant un dossier de +2.

«Radu peut être un joueur très émotif, mais parfois trop, a précisé l’entraîneur-chef Jim Montgomery. Je sais que les partisans à Montréal s’ennuient de sa passion et de son énergie. Il doit jouer avec émotion, mais il ne doit pas devenir émotif. Il y a un danger de se laisser emporter. À son passage à Montréal, il n’avait pas bien joué. Il jouait avec une blessure à l’aine, mais il cherchait à en faire trop.»

Une bonne saison

À sa deuxième année au Texas, Radulov est toujours l’un des moteurs offensifs des Stars. En 29 matchs cette saison, le Moscovite a récolté 31 points (13 buts, 18 aides) et il présente un dossier de +7.

«Sur une note personnelle, j’étais heureux de mon départ, mais je me suis blessé par la suite [mi-octobre], a-t-il souligné. Ça fait partie du hockey, mais c’est frustrant de manquer des matchs. L’an dernier, j’ai réussi à rester en santé toute l’année. Ce n’est pas le cas cette année.»

Au cœur d’une tempête avec la sortie du président Jim Lites contre Jamie Benn et Tyler Seguin, le directeur général Jim Nill a accepté de parler avec bonheur de Radulov. Le DG des Stars se réjouit toujours de l’avoir attiré à Dallas.

«Radulov se retrouve au deuxième rang de notre équipe pour les buts et les points, même s’il a manqué dix matchs, a expliqué Nill. Il est très bon pour nous. Il apporte énormément d’énergie sur la glace, mais dans le vestiaire aussi.»