SPO-JEAN-BELIVEAU

Crédit : PHOTO D'ARCHIVES/JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Sports divers

Des grands du sport qui ne seront pas oubliés

Publié | Mis à jour

Le monde du sport a perdu des ambassadeurs de premier plan en 2018 et ces grands disparus conserveront une place de choix dans la mémoire collective. L’Agence QMI propose ici un retour sur les décès ayant marqué la sphère sportive durant l’année qui s’achève.

Au Québec, la mort de la première vedette des Expos de Montréal, Rusty Staub, en a attristé plus d’un. Le «Grand Orange» est décédé le 29 mars à l’âge de 73 ans et ce n’est pas seulement sur le terrain qu’il a impressionné ses plus fidèles partisans. L’homme à la chevelure rousse pouvait s’exprimer en français et s’impliquait activement dans son milieu de vie.

Auteur de 292 circuits dans les majeures, Staub a porté l’uniforme des Amours durant leurs trois premières campagnes (1969-1971), ainsi qu’en 1979. Invité six fois au match des étoiles, il est l’unique joueur des grandes ligues ayant frappé au moins 500 coups sûrs avec quatre formations différentes.

Ailleurs dans le baseball, la perte de Willie McCovey a fait jaser à la fin octobre. La légende des Giants de San Francisco est le 20e meilleur cogneur de l’histoire avec 521 coups de quatre buts.

Mikita s’en va

Le milieu du hockey fut éploré avec le décès de Stan Mikita, le 7 août. L’homme de 78 ans a remporté quatre trophées Art-Ross et deux fois le Hart, en plus de soulever la coupe Stanley en 1961. Le natif de l’ex-Tchécoslovaquie a totalisé 1467 points, dont 541 buts, avec les Blackhawks de Chicago, la seule équipe de la LNH pour laquelle il a évolué.

Le circuit Bettman a aussi pleuré son ancien président John Ziegler, le 25 octobre, ainsi que l’ex-gardien Ray Emery.

Successeur de Clarence Campbell, Ziegler a été le premier Américain aux commandes de la LNH. Il a supervisé l’expansion de 1979, lors de laquelle les Nordiques de Québec ont été admis dans la ligue. L’arrivée des hockeyeurs de l’ex-Union soviétique a eu lieu pendant son règne au début de la décennie 1990.

Figure connue chez les partisans des Sénateurs d’Ottawa, Emery est mort par noyade le 15 juillet; il n’avait que 35 ans. Parfois d’humeur explosive, «Razor» a mené les «Sens» à la finale de la Coupe Stanley en 2006-2007.

Les Alouettes en deuil

Les Alouettes de Montréal ont appris le décès de leur ancien pilote Rod Rust, mort le 23 octobre à l’âge de 90 ans. Celui qui fut également à la barre des Patriots de la Nouvelle-Angleterre a travaillé comme instructeur pendant plus de 30 ans. Avec les Moineaux, Rust a entre autres été entraîneur-chef en 2001.

Le football a aussi pleuré Dwight Clark, qui a perdu sa bataille contre la maladie de Lou Gehrig au printemps. Clark restera célèbre pour le «Catch», cet attrapé réalisé en finale de l’Association nationale en 1981. En captant une passe de Joe Montana, il avait permis aux 49ers de San Francisco de renverser les puissants Cowboys de Dallas.

Le Québec pleure

Âgé de 46 ans, l’ex-boxeur Patrice L’Heureux est décédé en octobre. «Le Granit» avait assisté à un gala quelques heures avant son décès. L’Heureux a gagné 24 de ses 30 combats professionnels, réalisant 13 K.-O.

Enfin, le monde du journalisme sportif québécois a été touché par la mort de Red Fisher, le 19 janvier. De 1955 à 2012, Fisher a vécu de nombreux événements importants du Canadien de Montréal, dont l’émeute Maurice Richard.

Autres disparus

-David Whittom, boxeur professionnel

-Charles Wang, propriétaire majoritaire des Islanders de New York de 2000 à 2016

-Roger Bannister, premier athlète à courir le mille en moins de quatre minutes