Crédit : BOB FRID - AGENCE QMI

Canadiens

Romanov se démarque encore

Publié | Mis à jour

À 18 ans, Alexander Romanov épate à sa première participation au Championnat mondial junior.

Si l’espoir du Canadien qui évolue à la ligne bleue de la formation russe n’a pas tardé à faire parler de ses prouesses offensives à son premier match avec une récolte de trois points cette semaine, il en a rajouté une couche vendredi soir face à ce qui se devait être une puissante attaque tchèque.

L’arrière de 5 pi 11 po et 185 livres a accompli un excellent boulot en territoire défensif. Non seulement il a été efficace, mais il n’a pas manqué une occasion de faire sentir sa présence en frappant solidement ses adversaires.

Il a notamment épinglé l’attaquant Filip Zadina qui tentait d’effectuer une percée offensive la tête basse.

L’entraîneur-chef russe Valeri Bragin n’est pas reconnu pour sa grande appréciation des jeunes joueurs, lui qui préfère les vétérans, mais il trouve son compte avec Romanov qui l’oblige à l’utiliser à toutes les sauces.

Face aux Tchèques vendredi, le défenseur gaucher a excellé à égalité numérique en étouffant les menaces, tout en relaçant l’attaque rapidement avec ses décisions judicieuses en possession de rondelle. Il a également dirigé de nombreux lourds tirs vers le gardien Lukas Dostal. Il a entamé la rencontre à la pointe de la deuxième vague du jeu de puissance pour la terminer sur la première unité. Et il a même fait des présences en infériorité numérique.

Aux côtés du grand Alexander Alexeyev, un espoir des Capitals de Washington sélectionné au premier tour au dernier encan de la LNH, il était le défenseur le plus utilisé chez les Russes vendredi soir après deux périodes. À ses 14 min et 38 sec de temps de glace, il avait décoché trois tirs au but.

Match serré

Romanov est celui qui s’est le plus démarqué dans les deux matchs de la «Machine rouge» dans ce tournoi. La troupe de Bragin est plutôt amorphe, elle qui n’a pas disputé un match éclatant contre le Danemark.

Elle n’a fait que le nécessaire pour vaincre la République tchèque 2 à 1. Artyom Galimov et Nikolai Kovalenko, le fils de l’ancien attaquant du Canadien et des Nordiques, avaient chacun marqué en infériorité numérique.

Pour générer un peu d’attaque, l’entraîneur-chef tchèque Vaclav Varada avait décidé de réunir Zadina à Martin Necas et Martin Kaut au second vingt.