Canadiens

Carey Price : une autre blessure mysterieuse

Publié | Mis à jour

Le Canadien devra de nouveau se passer des services de Carey Price. Blessé au bas du corps lors de l’entraînement tenu jeudi matin, le gardien n’a pas accompagné l’équipe en Floride.

Le nom de Price a été placé sur la liste des blessés, rétroactivement au 22 décembre. Par conséquent, il ne peut revenir au jeu avant dimanche. Pour pallier sa perte, le Canadien a procédé au rappel de Michael McNiven.

«Carey est débarqué de la glace un peu tôt, alors on va vérifier sa situation. Je n’ai aucun détail de ce côté-là. Mais comme d’habitude, quand ce sont deux matchs en deux jours, on prend la décision à la fin du premier match», a déclaré Claude Julien au terme de cet entraînement, en répondant à une question concernant l’utilisation de ses gardiens au cours des deux prochaines parties.

On avait bien vu, au cours de l’entraînement, Price être de mauvais poil. Mais comme c’est coutumier, personne n’en a fait de cas.

Même chose en le voyant se rendre au vestiaire. Après tout, sa conjointe est sur le point d’accoucher de leur deuxième enfant.

Pour l’instant, impossible de savoir si cette blessure a un lien avec les précédentes ni si l’absence du gardien de 31 ans s’étirera au-delà de ce séjour en sol floridien. Mais une absence de Price n’augure jamais rien de bon pour l’équipe.

Depuis février 2014, Price a raté 107 rencontres. En son absence, le Canadien a affiché un dossier de 42-51-14.

De gros tests

C’est à souhaiter que les hommes de Julien aient profité de ce congé de quatre jours pour recharger les batteries, car au départ de cette séquence de trois duels en quatre soirs sur des patinoires adverses se trouvent deux parties impliquant des rivaux de division.

Après les Panthers, le Canadien aura rendez-vous avec le Lightning de Tampa Bay, samedi, et les Stars de Dallas, le lundi 31 décembre.

«On sait que la Floride, malgré un départ un peu lent, joue bien dans tous les matchs. C’est une équipe qui s’est améliorée dernièrement. Elle joue mieux. Tampa est l’une des meilleures équipes, sinon la meilleure, dans le circuit actuellement. Ce seront deux gros tests», a énuméré Julien.

«Quant à Dallas, on se souviendra qu’ici on n’avait pas joué un gros match [revers de 4 à 1 le 30 octobre]. On a des raisons d’être motivés et prêts à jouer», a-t-il ajouté.

Voyage difficile

Cela dit, même avec Price devant le filet, le Canadien n’a jamais véritablement connu du succès lors de son périple du temps des Fêtes. Depuis 2010, il affiche un dossier de 7-10-3 dans ces matchs disputés entre Noël et le jour de l’An. L’année dernière, il était rentré à Montréal après des revers en Caroline, à Sunrise et à Tampa.

Au moins cette fois, le Tricolore pourra se servir du momentum créé avant la pause de Noël. Un voyage au cours duquel il aurait facilement pu revenir avec trois victoires.

«Il faut rappeler aux gars ce qu’ils ont fait de bien durant ce match-là [à Las Vegas samedi dernier]. On est une équipe qui ferme le jeu rapidement et qui crée des occasions de marquer quand on patine bien, a souligné Julien. Depuis le début de la saison, on dit qu’on a une équipe capable de jouer un match rapide. C’est ce qu’on a fait dans le dernier match.»

L’arrêt à Sunrise marquera les retrouvailles entre Max Domi et Aaron Ekblad. Lors d’un match présaison, l’attaquant du Canadien avait servi un coup de poing vicieux à son adversaire. Un geste qui lui avait valu d’être suspendu pendant le reste du calendrier préparatoire (cinq parties).

Deux jours après les incidents, le défenseur des Panthers avait indiqué aux médias locaux que «le pointage allait être nivelé plus tard».

Pas de représailles en vue

Rencontré tout juste avant le départ de l’équipe pour la Floride, Domi n’a pas fait de cas de cette vieille déclaration.

«Je me concentre strictement sur le match. C’est important d’amorcer ce voyage du bon pied. Pour nous, chacun des matchs en est un de séries éliminatoires», a-t-il dit, précisant qu’il n’avait pas contacté son opposant depuis les événements.

Ekblad a offert une réponse similaire au collègue Jean-François Chaumont.

On peut le comprendre. Ekblad a jeté les gants à quatre occasions depuis le début de sa carrière. Disons que son dernier combat, face à Nicolas Deslauriers, ne s’était pas déroulé à son avantage.

Brendan Gallagher (grippe) et Andrew Shaw (raisons personnelles) étaient absents à l’entraînement de jeudi.