Tennis

Tennis: meilleurs et pires coups de l’année

Publié | Mis à jour

Alors que l’année tire à sa fin, l’heure est aux bilans.

Chez Tennis Canada, le vice-président Eugène Lapierre a fait le sien en entrevue à TVA Sports, vendredi. Celui qui agit aussi à titre de directeur de la Coupe Rogers a discuté avec la journaliste Frédérique Guay de la saison qui vient de se terminer et de celle qui s'amorcera sous peu. 

À voir dans la vidéo ci-dessus.

S’il avoue être déçu des performances offertes par Françoise Abanda, Lapierre est optimiste pour Eugenie Bouchard et Rebecca Marino.

«Il faudrait que Françoise nous démontre qu'elle est capable de remonter parmi les 100 premières. Elle n’a pas connu une bonne saison en 2018, malgré tout son talent», a-t-il dit à propos d’Abanda, qui constitue à ses yeux la plus grande déception des 12 derniers mois.

Abanda pourrait prendre exemple sur Bouchard, qui a effectué une remontée au classement de la WTA au fil des semaines.

«Son classement n’était pas très bon en commençant l'année, mais elle est revenue, à force de bras, dans les 100 premières.

«Les gens regardent ce qu'elle fait sur Instagram et tout ça, mais elle travaille fort sur le terrain, a assuré Lapierre. J'espère qu'elle va avoir une année formidable pour donner raison à son talent. Ce n'est pas fini dans son cas!»

Selon Lapierre, il faudra également surveiller Marino de près en 2019.

«Elle a une histoire un peu particulière parce qu’elle a arrêté le tennis il y a quatre ou cinq ans à cause des médias sociaux. Elle se faisait écœurer sur les médias sociaux. Maintenant, elle revient en force et frappe à la porte des 100 premières. Ses affaires vont bien.»

Carte cachée 

Par ailleurs, rappelons que c’est l’élite masculine qui sera à Montréal l’été prochain. Que souhaiter à l'organisation pour cette édition?

«On va souhaiter que Roger Federer décide de venir, a lancé Lapierre. Il va avoir 38 ans pendant le tournoi. On sait qu’il choisit ses tournois avec parcimonie. Roger aime les records. Il a gagné à Toronto, mais pas encore à Montréal, alors on va jouer cette carte-là!»