MLB

Le doigt d'honneur de David Samson au public

Publié | Mis à jour

L’ancien président des Marlins de Miami et ex-membre de la direction des Expos de Montréal, David Samson, n’a pas changé. Le gendre de Jeffrey Loria, l'ex-propriétaire des deux clubs, n’a pas hésité à envoyer promener des gens qui le huaient.

Lundi, il participait à une fête organisée pour l’anniversaire de Dan Le Batard, un animateur de radio du réseau ESPN. À sa façon, Samson s’est vanté du montant obtenu dans le processus de vente du club floridien.

«Merci beaucoup, merci beaucoup, a-t-il lancé aux gens qui le conspuaient, dans une vidéo publiée sur Twitter. Voici pourquoi j’aime lorsque vous me huez. Je veux que vous continuiez. Parce que vous savez quoi? 1,2 milliard $. F...k you!», a-t-il déclaré au moment de faire un doigt d'honneur à son auditoire.

Samson faisait référence à la vente des Marlins de Loria, en septembre 2017, à un groupe d’investisseurs mené notamment par l’ancien joueur Derek Jeter et Bruce Sherman. Après la vente, Samson avait indiqué qu’il n’allait pas être de retour à titre de président de l’équipe. Il a effectivement été congédié par Jeter.

Le tandem Samson-Loria n’a jamais eu la cote à Miami ou même à Montréal. Reconnu comme un propriétaire proche de ses sous, Loria, par l’entremise de Samson, a régulièrement échangé des joueurs de qualité pour des raisons financières et la plupart du temps présenté des équipes médiocres aux partisans.

Pas sa première frasque

Ce n’est pas la première fois que Samson fait parler de lui pour des commentaires déplacés. En mars 2012, l’homme de 50 ans s’est vanté d’avoir soutiré des millions de dollars aux politiciens de la Floride et a méprisé les citoyens devant le Beacon Council, une agence de développement économique du comté de Miami-Dale. Il avait même affirmé que la population était «trop occupée à regarder Oprah pour aller voter». Malheureusement pour lui, un journaliste du quotidien «Miami Today» était présent et a publié ses propos. Pour se défendre, Samson avait indiqué avoir été mal cité.

Dans ce cas-ci, Samson évoquait les 514 millions $ que les contribuables floridiens avaient versés aux Marlins pour la construction de leur nouveau stade.

Détesté et poursuivi à Montréal

S’il n’était pas apprécié à Miami, Samson était complètement détesté lorsqu’il était vice-président des Expos. Entré en poste peu de temps après la prise de contrôle de l’organisation montréalaise par son beau-père en 1999, il a joué un rôle majeur dans la vente du club. C’est en grande partie lui qui a négocié l’entente permettant à Loria de vendre son équipe et de prendre possession des Marlins en 2002.

Après les faits, Samson, Loria et le commissaire du baseball majeur de l’époque, Bud Selig, ont été poursuivis par la RICO (Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act) en lien avec des plaintes de 14 anciens actionnaires minoritaires des Expos. Ceux-ci alléguaient qu’ils avaient élaboré un plan pour éliminer et déménager la concession montréalaise aux États-Unis. Cette poursuite s’est finalement soldée en 2004 par une victoire des défendeurs, puisque trois juges de New York ont unanimement déclaré que Samson, Loria et Selig n’avaient pas de tort dans cette histoire.