SPO- BOXE ENTRAINEMENT MEDIATIQUE DAVID LEMIEUX

Crédit : MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL / AGENCE QMI

Boxe

Camille Estephan fustige Stéphan Larouche

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL – Les derniers mois n’ont pas été de tout repos pour le promoteur Camille Estephan et son équipe d’Eye of the Tiger Management. Malgré les moments difficiles, il estime qu’il a pris plusieurs bonnes décisions en 2018, dont celle de se séparer de l’entraîneur Stéphan Larouche.

Dans les premiers jours de septembre, l’homme d’affaires et son président Antonin Décarie ont décidé que Larouche ne pourrait plus diriger les boxeurs de leur écurie en raison d’une divergence importante de philosophie. Ablaikhan Khussainov, Batyr Jukembayev, Nurzat Sabirov, Eric Bazinyan et Saddridin Akhmedov s’étaient fait informer qu’ils ne pourraient plus s’entraîner avec l’ancien entraîneur de Lucian Bute.

«Le divorce avec Stéphan Larouche est une chose très positive pour nous, a affirmé Estephan avec son franc-parler habituel. Je suis très content de cela.

«Parfois, il faut prendre des décisions pour notre équipe. Ce n’est pas une roche que j’envoie à quelqu’un. Il n’y a rien qui arrive pour rien dans la vie.»

Jukembayev restera-t-il ?

Ce dossier pourrait revenir dans l’actualité dans les premiers mois de 2019. L’avenir de Batyr Jukembayev avec EOTM est notamment lié avec cette situation.

Dans les dernières semaines, certains observateurs avaient rapporté qu’on assisterait même à un duel entre Mathieu Germain et Jukembayev en janvier. En raison des demandes très élevées du Kazakh, le projet est tombé à l’eau.

«On a eu une divergence d’opinions avec Batyr par rapport à son "coaching" (il était dirigé par Larouche), a souligné Estephan. Je lui ai dit qu’il pouvait faire les choses comme il l’entendait. Pour moi, ce n’était pas la façon d’avancer.

«Est-ce que je veux investir dans un athlète dont je ne crois pas au cheminement? Je vais honorer le contrat en faisant un bon combat. Il m’a rappelé en me disant qu’il voulait me rencontrer à son retour au pays en janvier. Il a été déçu d’apprendre qu’il ne faisait pas partie de la famille d’EOTM. On est une équipe et on veut avancer avec lui.»

«Je n’ai jamais pensé à me départir de ses services.»

Un bilan positif malgré tout

La défaite de Simon Kean et les événements des derniers jours avec David Lemieux ont fait mal aux troupes d’EOTM en 2018.

«La défaite de Simon a été surprenante et on pense qu’il a appris de ce qui est arrivé, a souligné le promoteur québécois. Pour ce qui est David, il est trop tôt pour dire à quoi va ressembler l’année 2019. Les médecins vont se prononcer et on verra après.

«Par contre, une carrière à 160 lb n’est plus réaliste à mes yeux. Aujourd’hui, j’aurais mieux aimé parler de la victoire de Lemieux contre Johnson et d’un combat contre Canelo. Mais bon, c’est la vie.»

Il n’y a pas eu que du négatif cette année. Estephan et son équipe estiment qu’ils ont réalisé plusieurs bons coups.

«On s’est établi dans plusieurs marchés (Shawinigan et Rimouski) et on a fait une percée au Casino de Montréal, a mentionné Estephan. Je suis très fier des cotes d’écoute lors de nos galas présentés en direct à TVA Sports.

«De plus, Punching Grace est devenu un outil important pour notre organisation au niveau du développement de nos athlètes et l’avenir de notre compagnie.»