David Lemieux v Gary O'Sullivan

Crédit : AFP

Boxe

Lemieux peut-il rivaliser avec Alvarez?

Publié | Mis à jour

Depuis deux jours, l’avenir de David Lemieux dans la division des 160 lb est parmi les sujets les plus discutés dans le monde de la boxe.

Samedi soir, au Madison Square Garden, on a possiblement eu une petite idée de ce qui pourrait l’attendre s’il décidait de passer à la catégorie supérieure.

Canelo Alvarez (51-1-2, 35 K.-O.), qui est devenu un vrai 160 lb depuis deux ans, a écrit une page d’histoire en battant un champion du monde de la catégorie des 168 lb, Rocky Fielding.

Le Mexicain a été expéditif en l’emportant par knockout technique dès le troisième round. Une victoire à sens unique où il n’a jamais été importuné par un adversaire plus grand et doté d’une plus grande portée que lui. Contrairement à ses deux duels contre Gennady Golovkin, il n’a pas respecté son opposant, et ce, dès la première cloche.

Par contre, il faut mettre un bémol à ce triomphe. Fielding n’avait pas les habiletés pour inquiéter Alvarez et ce dernier le savait depuis la signature de son contrat. L’opposant avait été choisi soigneusement par les dirigeants de Golden Boy pour ce premier combat d’une entente à long terme avec le site de diffusion en continu DAZN.

Il faut dire les vraies choses. Dans les mêmes conditions qu’Alvarez, David Lemieux aurait aussi gagné par knockout contre Fielding. Il aurait réussi à terrasser l’Anglais avec la même stratégie qu’Alvarez, car il possède une puissance similaire. Par contre, il est clair qu’un combat Lemieux-Fielding n’aurait pas rempli un amphithéâtre et les revenus n’auraient pas été aussi importants.

De la puissance à revendre

Dans son duel contre Fielding, Alvarez a fait montre de la même vitesse qu’à ses derniers combats à 160 lb. Ce qui a sauté aux yeux des observateurs, c’est la puissance déployée par le nouveau champion WBA des super-moyens.

Il a réussi à faire plier Fielding à quatre reprises avec un crochet de gauche au corps. On ne voit pas cela tous les jours.

À 154 ou à 160 lb, Alvarez a toujours été un des plus durs cogneurs sur la planète. Il ne fallait pas s’attendre à ce que sa puissance diminue en montant de catégorie. Et c’est son adversaire qui en a payé le prix.

Contre Lemieux? Un instant!

Après la mésaventure de Lemieux cette semaine, on a pensé que le Québécois pourrait encore obtenir un combat contre Alvarez si celui-ci devenait champion à 168 lb.

Pas si vite. Certes, ce serait intéressant pour les amateurs d’assister à un tel duel entre ces deux cogneurs. Toutefois, après la performance d’Alvarez contre Fielding samedi soir, Lemieux aurait un combat encore plus dangereux entre les mains que celui contre Gennady Golovkin en 2015. On peut surtout se demander si le protégé de Marc Ramsay serait en mesure de rivaliser avec le Mexicain.

Alvarez est à l’apogée de sa carrière et rien ne semble vouloir l’arrêter. Certes, Lemieux a de la puissance dans les gants, mais ça lui prendrait un arsenal bien rempli pour venir à bout d’Alvarez.

La vedette de Golden Boy est un boxeur complet. Il un bon jab, un superbe crochet du gauche et une droite pas piquée des vers. Il est vif comme un chat entre les câbles et il est capable de se donner des angles avantageux pour ses attaques.

Une chose est claire après cette autre semaine décevante pour David Lemieux: il doit retourner à la table à dessin. Il doit revoir tous les aspects de sa carrière pour prendre les bonnes décisions.

Sans cette prise de conscience, il lui sera difficile de revenir dans les hautes sphères de la boxe surtout dans une nouvelle catégorie.