Patinage

Après les J.O., Kim Boutin était au bout de son rouleau

Publié | Mis à jour

La patineuse de vitesse courte piste Kim Boutin est de retour au pays après avoir mis la main sur deux médailles à la d'Almaty au Kazakhstan.

Voyez notre entrevue avec Kim Boutin dans la vidéo, ci-dessus.

Il s'agissait d'une première compétition internationale pour la Sherbrookoise de 23 ans, porte-drapeau à la cérémonie de clôture des Jeux de Pyeonchang, après une pause de plusieurs mois pour faire le plein d’énergie.

«Quand je suis arrivée je me disais "ça ne marche pas. Je ne suis pas dedans", a-t-elle confié au micro de TVA Sports, mercredi. Je n’avais pas le stress nécessaire (pour offrir des performances optimales). Mon coach m'a dit "ça va revenir très rapidement".

L’entraîneur avait raison. Elle a ainsi remporté l'argent au 1000 mètres et le bronze au 1500 mètres en sol kazakh.

«Je savais que j'étais solide physiquement, mais l'avantage des autres d'avoir coursé pendant mon absence. Moi ça faisait huit mois. Il faut se dégourdir un peu.

«J'ai gagné parce que j'étais plus forte.»

J.O. : des exploits assombris

Aux J.O., Boutin a remporté l’argent au 1000 mètre et deux fois le bronze aux courses des 500m et 1500m, des réussites qui l'ont propulsée sous le feu des projecteurs.

Malheureusement, cette triple jubilation a été assombrie par des menaces de mort provenant de partisans coréens déçus après la disqualification d’une des favorites de la nation. Minjeong Choi en l’occurrence.

«Y’a eu des moments positifs et très négatifs. J'ai eu des beaux moments et j'ai envie de garder des beaux souvenirs des Jeux.»

Celle qui aura 24 ans dimanche prochain confie être revenue épuisée de son périple olympique, ce qui l'a forcée à prendre une pause.

«J'ai pris du temps pour moi et j'ai vu ma psychologue. Ça m'a fait du bien et j'ai choisi de rechausser les patins, raconte-t-elle.

«Ça valait la peine après le Jeux que je me concentre sur ce que j'ai envie de faire. J'ai pris du temps pour réaliser ce que les Jeux m'avaient apporté... mais je ne sais pas encore.»

Autre retrait en 2015

Boutin avait aussi pris une pause de six mois en 2015. Depuis, elle s’impose un retrait chaque fois qu'elle voit des signes d'épuisement renaître.

«Je ne sais pas si c'est parce que j'ai fait un cheminement sur moi que j'ai compris que le patin était une passion.

«J'avais besoin de ressentir en dehors de la patinoire que j'étais heureuse et que j'avais du plaisir à vivre. J'ai senti après les Jeux ce besoin de me centrer sur moi-même. Pour ma part, j'avais besoin de décrocher.»

À l’approche des Fêtes, Boutin a rédigé une liste de Noël qui n’a rien de matérialiste et plutôt axée sur ses propres valeurs.

«Être bien entourée. J'ai ce cadeau-là depuis des années. C'est encore mon souhait d’être entourée des personnes qui me font du bien.»

Le feu sacré est toujours là. Elle amorce maintenant sa préparation en prévision de la prochaine Coupe du monde en début février.