Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Boxe

Adonis Stevenson : Simone God «prie pour un miracle»

Publié | Mis à jour

Au chevet de son conjoint Adonis Stevenson depuis une semaine, Simone God a indiqué dimanche sur son compte twitter qu’elle «prie pour un miracle» alors que le boxeur québécois est toujours plongé dans un coma artificiel aux soins intensifs.

«Il est impossible aujourd’hui de connaître l’état réel de la situation», a indiqué le neuropsychologue Dave Ellemberg, professeur à l’Université de Montréal, en entrevue avec la chaîne LCN.

«Les médecins pourront évaluer [Stevenson] seulement quand il sera réveillé», a-t-il ajouté.

Un coma artificiel permet au cerveau de récupérer et de réduire l’enflure, selon M. Ellemberg. «Une fois que le protocole médical établi aura atteint son objectif, les médecins réduiront doucement la sédation pour amener Adonis Stevenson à se réveiller», a-t-il expliqué.

Dans un cas de traumatisme crânien comme celui qu’a subi l’ancien champion du monde, le coma artificiel peut durer d’une à deux semaines. Il peut se poursuivre un peu plus longtemps, mais généralement pas plus de trois semaines.

Même s’il est peu probable que Stevenson s’en sorte sans séquelles, M. Ellemberg se permet d’être optimiste. «J’ai vu beaucoup de gens qui ont subi des traumatismes crâniens modérés et graves et certains s’en sortent assez bien, mais la pente est abrupte et le travail est long en réadaptation», a-t-il indiqué.

Mercredi après maintes spéculations sur la santé du combattant de 41 ans, l’Hôpital de l’Enfant-Jésus du CHU de Québec, où Stevenson est traité, a fait le point.

«M. Stevenson a subi une intervention chirurgicale dans la nuit de samedi à dimanche dernier et est depuis hospitalisé à l’unité des soins intensifs. Il souffre d’un traumatisme craniocérébral grave. Bien que critique, sa situation demeure toujours stable dans les circonstances», expliquait le Dr Alexis Turgeon, médecin spécialiste en soins intensifs, le 5 décembre.

«Son état nécessite une assistance respiratoire mécanique, une sédation profonde et un monitoring neurologique spécialisé. Il est trop tôt pour se prononcer actuellement sur le pronostic à long terme de M. Stevenson», ajoutait le Dr Turgeon.