Crédit : John David Mercer-USA TODAY Sports

MLS

Est-ce la dernière chance de Parkhurst?

Publié | Mis à jour

ATLANTA – Il y a des gars qu’on aime plus que d’autres dans le monde du sport et Michael Parkhurst devrait en faire partie.

D’abord parce qu’il a déjà joué avec Patrice Bernier au Danemark il y a quelques années, mais surtout parce que c’est un gars très sympathique, en plus d’être un défenseur central fort compétent sur le terrain.

À 34 ans, Parkhurst sait qu’il ne lui reste plus une tonne d’années devant lui, c’est pourquoi cette chance de remporter la Coupe MLS avec Atlanta, il veut la saisir.

Et ce n’est pas à défaut d’avoir eu des occasions dans le passé parce qu’il s’est rendu en finale à quatre reprises.

Cœur brisé

Le problème, c’est qu’il a eu le cœur brisé chaque fois, et il serait bien que l’histoire change cette fois-ci pour celui qui est le premier capitaine de l’histoire de l’Atlanta United FC.

Il a fait partie du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, qui a participé à la finale trois fois de suite entre 2005 et 2007. La première année, ils se sont inclinés en prolongation et lors de la seconde, à la séance de tirs au but. La troisième fois, une défaite cruelle de 2 à 1 les attendait.

Il pensait bien avoir plus de chance en 2015 alors qu’il portait les couleurs du Crew de Columbus, qui disputait la finale à la maison contre... Portland.

Le hasard n’a pas mieux fait les choses puisque les Timbers ont marqué après moins d’une minute et menaient par deux buts à la 7e minute, en chemin vers une victoire de 2 à 1.

Il fallait voir Parkhurst en conférence de presse après le match. Il était complètement démonté, éteint, voire absent, tellement il était abattu.

Une autre chance

Mais voilà, membre de l’Atlanta United FC depuis la première saison l’an passé, il obtient à nouveau sa chance.

«On ne sait jamais combien de chances comme celle-là se présenteront, alors on veut gagner quand c’est possible. J’ai la chance d’avoir une cinquième opportunité alors que je ne savais pas si j’en aurais une autre après la quatrième, et j’espère que ça sera une soirée géniale.»

L’arrière central, qui aura 35 ans le mois prochain, entend bien être en poste malgré une blessure à la cheville subie lors du match retour de la finale de l’Est contre les Red Bulls de New York, il y a une semaine.

Et il sait surtout qu’il a de la chance de se retrouver dans un contexte comme celui qui règne à Atlanta.

«On sait que c’est spécial ici cette année. Nous sommes fiers de notre saison. J’ai peine à croire que les Red Bulls et nous avons réussi à faire des saisons aussi bonnes sinon meilleures que Toronto l’an passé. Terminer cette saison exceptionnelle avec un titre serait magnifique.»