Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Alouettes

Six employés des Alouettes perdent leur boulot

Publié | Mis à jour

Les Alouettes de Montréal n’ont pas renouvelé les contrats de six membres de leur organisation, dont le Québécois Éric Deslauriers, en raison de l’instauration d’un plafond salarial imposé aux départements des opérations football des équipes de la Ligue canadienne de football (LCF).

La nouvelle a été officiellement annoncée, jeudi, par le club montréalais.

Coordonnateur du repêchage et dépisteur national, Deslauriers avait obtenu ces postes dans les bureaux des Alouettes après sa carrière de joueur en 2016. Il avait préalablement disputé neuf saisons avec les «Moineaux» comme receveur de passes.

En plus du natif de Gatineau, Russ Lance (directeur du recrutement universitaire), Billy Parker (entraîneur des demis défensifs), Jason Tucker (entraîneur des receveurs), Chris Mosley (entraîneur adjoint de la ligne à l'attaque) et Cris Dishman (entraîneur adjoint en défensive) ont été avisés que leur contrat venant à échéance à la fin de l'année ne serait pas reconduit pour 2019.

«Comme toutes les équipes de la LCF, nous devons nous conformer aux nouvelles règles mises en place par la ligue, a déclaré le directeur général Kavis Reed, par voie de communiqué. Au nom de toute l'organisation, je tiens à remercier tous les entraîneurs ainsi qu'Éric et Russ pour leur travail et leur dévouement envers les Alouettes, et je leur souhaite la meilleure des chances pour la suite des choses.»

Un plafond salarial d’un peu plus de 2,5 millions $ est instauré pour le personnel des équipes de la LCF. Celui-ci comprend les directeurs généraux, les entraîneurs, les dépisteurs, ainsi que le personnel attitré à l’équipement et au vidéo. Concrètement, chaque formation du circuit canadien ne pourra avoir plus de 11 entraîneurs et le nombre des autres membres des opérations football ne pourra dépasser 14 employés.