Football universitaire RSEQ

Mathieu Betts, le meilleur espoir

Publié | Mis à jour

Mathieu Betts occupe le premier rang du deuxième classement des 20 meilleurs espoirs du Bureau de recrutement de la LCF publié jeudi.

Deuxième lors du premier classement en septembre, l’ailier défensif étoile du Rouge et Or de l’Université Laval s’est hissé en première position. Trois autres joueurs du RSEQ ont leur place dans le palmarès des 20.

En hausse de trois rangs, l’ailier rapproché Alexandre Savard, du Rouge et Or, pointe en 7e position. Son coéquipier Samuel Thomassin se retrouve en 16e place. Le garde a chuté de quatre rangs. Le bloqueur des Stingers de Concordia Maurice Simba complète le quatuor québécois. Il occupe la 11e position, en hausse de sept places.

«C’est super flatteur pour les joueurs de se retrouver dans le top 20, a indiqué l’agent Sasha Ghavami qui représente les quatre joueurs, mais le travail reste à venir avec les repêchages de la LCF et de la NFL. Pour ma part, ce n’est pas un objectif ni une priorité. Le classement des 20 meilleurs espoirs n’est pas un indicatif comment le repêchage va se dérouler, mais plutôt une façon de promouvoir le repêchage.»

La présence de Betts au sommet ne représente pas une surprise, lui qui attire déjà l’intérêt de quelques formations de la NFL qui se sont déplacées à Montréal et à Québec pour le voir à l’œuvre. Le triple lauréat du trophée J.P. Metras, décerné au joueur de ligne par excellence au pays, participera à la Classique East-West Shrine Game le 19 janvier à St. Petersburg.

«Encore du travail à faire»

La situation était différente pour Savard, qui disputait sa première saison comme ailier rapproché.

«Parce qu’Alex jouait à une nouvelle position, il s’agissait d’une année importante, a souligné l’agent montréalais. En plus de ses qualités athlétiques que tous connaissaient, il a montré qu’il peut bloquer et qu’il est robuste. Il y a encore du travail à faire, mais il s’est beaucoup amélioré à ce niveau. Il a progressé, mais il est loin d’avoir atteint son plein potentiel, tout comme Maurice qui ne joue pas au football depuis longtemps.»

Savard et Simba prendront part au NFLPA Collegiate Bowl le 19 janvier à Pasadena en Californie dans le stade du Rose Bowl. «Je n’ai aucune idée pourquoi j’ai amélioré mon classement, a indiqué Savard, mais mon souhait était qu’il ne baisse pas.»

Pas inquiet pour Thomassin

Quant à Thomassin, Ghavami n’est pas inquiet, même si le garde a chuté de quatre places. «Samuel demeure un excellent espoir pour la LCF. Au final, l’important n’est pas d’être dans le top 20, mais de faire l’équipe et de connaître une longue carrière.»

Thomassin pourrait être invité au College Gridiron Showcase qui se déroulera du 5 au 9 janvier au Texas. Il y a de l’intérêt à son endroit, mais les invitations officielles n’ont pas encore été dévoilées. L’an dernier, l’ailier espacé Tyrone Pierre y avait été invité.

Luca Perrier effectuera un retour au jeu

Luca Perrier effectuera un retour au jeu avec le Rouge et Or de l’Université Laval la saison prochaine.

Au terme de sa première saison en 2017, le porteur de ballon s’était accordé une année de réflexion loin du football. « Cette année de repos m’a fait du bien sur le plan physique et personnel, a raconté Perrier. J’avais connu une saison difficile et ce n’était pas facile à l’école. Mon pied est maintenant guéri et je sais ce que je veux faire à l’école. Inscrit en éducation physique à mes débuts à Laval, je vais maintenant étudier en communication. »

Regarder la Coupe Vanier dans son salon a convaincu Perrier de revenir au jeu. «Ce fut un long processus qui s’est amorcé au début de la saison quand j’ai rencontré Glen [Constantin] pour lui souhaiter bonne chance et remettre les pendules à l’heure. Je lui ai expliqué ma situation, je lui ai mentionné mon intérêt et je voulais voir sa réaction. On s’est rencontrés de nouveau lors de la semaine de congé.»

«Regarder le Rouge et Or à la télévision m’a confirmé que le football me manquait, d’ajouter le joueur par excellence du Bol d’Or 2016 dans l’uniforme du campus de Notre-Dame-de-Foy. Ça m’a donné un boost de motivation. L’esprit d’équipe me manquait. C’est quand tu perds quelque chose que tu réalises comment c’était important. J’aurais aimé être là à la Coupe Vanier.»

Après avoir suivi deux cours par correspondance à l’automne tout en disputant trois parties dans un circuit junior avec son frère dans la région de Montréal, Perrier reprendra le chemin des bancs d’école en janvier et l’entraînement avec ses coéquipiers. «J’avais déjà prévu prendre des cours d’été pour m’avancer dans mes études, peu importe si je revenais au jeu ou pas. Je dois obtenir 18 crédits pour être admissible de nouveau.»

Blessé au camp de printemps en Floride, Perrier s’était fracturé de nouveau le même pied face aux Carabins de l’Université de Montréal, ce qui avait ruiné sa fin de saison.