Pierre-Luc Dubois

Photo : Pierre-Luc Dubois Crédit : AFP

LNH

Dubois: les regrets de Tortorella

Publié | Mis à jour

Depuis son arrivée dans la Ligue nationale de hockey (LNH), Pierre-Luc Dubois connait une progression fulgurante ne laissant personne indifférent chez les Blue Jackets de Columbus.

À sa deuxième campagne chez les professionnels, le Québécois de 20 ans a récolté 13 buts et 12 mentions d’aide pour 25 points en 27 rencontres. Évoluant comme joueur de centre du premier trio de sa formation, Dubois est conscient de son évolution et de ses tâches.

«En ce moment, je pense mieux jouer que l’an passé, a-t-il déclaré au réseau NBC Sports. J’ai même pris du galon depuis le début de la saison, mais j’ai encore beaucoup à apprendre. Je dois être constant avec et sans la rondelle. La position de centre n’est pas seulement une question de buts. C’est plaisant [de marquer] et c’est ce que les gens retiennent, mais pour aider ton club, tu dois faire beaucoup plus que ça. Tu dois sacrifier un peu d’offensive pour l’équipe.»

La progression de Dubois et la maturité avec laquelle il entreprend son travail impressionnent un vieux routier comme John Tortorella.

«Son habilité de prendre davantage de responsabilités et de ne pas ressentir plus de pression ou d’être nerveux est impressionnante pour un jeune joueur, a révélé l’entraîneur-chef des Blue Jackets. Il en accepte davantage et il en veut plus. Il fait vraiment de bonnes choses pour nous présentement et je vois qu’il devient encore meilleur.»

Utiliser sa grosseur à bon escient

Dans une LNH où la vitesse et les petits joueurs sont favorisés, un gros bonhomme de 6 pi et 4 po et 207 lb comme Dubois doit être en mesure de s’adapter. C'est ce qu’a dû apprendre le natif de Sainte-Agathe-des-Monts.

«J’ai marqué mon premier but à mon premier match et après, j’ai touché la cible de nouveau à ma 16e partie. Ça m’a donc pris quelque temps avant de comprendre ce que j’étais capable de faire et de ne pas faire. Encore aujourd’hui, je réalise encore des choses. Je suis plus fort que l’an passé et je comprends mieux comment protéger la rondelle.»

Une décision salutaire

La carrière de Dubois dans la LNH avait pourtant commencé tranquillement, puisqu'il n'avait récolté que quatre points à ses 20 premières rencontres. À ce moment et à la surprise de plusieurs, Tortorella l’a muté sur le premier trio en compagnie d’Artemi Panarin et de Cam Atkinson.

Une décision qu’il n’a pas regrettée, car non seulement les statistiques offensives de Dubois ont explosé, mais ce trio mène également les Blue Jackets pour les buts marqués depuis.

«Honnêtement, il nous [les entraîneurs] a fait passer pour des imbéciles de ne pas l’avoir fait jouer là avant, a expliqué Tortorella. Il a assumé ses responsabilités, progressé et grandi comme joueur.»

Selon le principal intéressé, ses compagnons de trio et lui se complètent parfaitement.

«Ils sont vraiment de bons joueurs et comme trio, on fait bien ensemble, a indiqué Dubois. Nous sommes des joueurs différents dans notre façon de jouer et nous nous complétons de brillante façon.»